Poisons. Lutte contre les métaux nocifs, qu'ils soient lourds ou legers.

Publié le par CYMONE

Image prise sur le site : 66millionsdimpatients.org
Image prise sur le site : 66millionsdimpatients.org

Bonjour

Ayant été malade pendant 20 ans à cause des métaux, je ne peux rester indifférente à cet avertissement que le Professeur Henri Joyeux nous envoie.

Dans cet article il s’agit essentiellement de l’aluminium présent dans les vaccins, dans les emballages de produits alimentaires… Mais on le retrouve aussi dans des produits pharmaceutiques, comme aditif alimentaire, etc.

Et chose étrange, on se demande pourquoi on développe autant de maladies alors que l’on est envahi par les métaux !

Victime des métaux lourds et légers, si je n’ai connu leur toxicité que dans la dernière ligne droite (après 18 ans de maladie) menant vers la guérison de ma colopathie, c’est avant tout grâce à mes propres recherches sur le NET. Si mes médecins n’avaient pas perdu leurs temps en s’égarant sur des chemins menant nulle-part ils ne seraient pas passés à côté de la vérité, et j’aurais été guérie plus rapidement. Heureusement que le dernier en date connaissait la nocivité des métaux et qu’il a accepté de suivre cette piste !

Alors vous qui êtes informés, ne passez pas à côté d’une guérison possible de votre maladie chronique et (ou) ne provoquez pas le mauvais sort ! (Si je peux m’exprimer ainsi !)

Notre corps n’appartient pas à nos médecins, (qui font ce qu’ils peuvent pour nous aider) il est notre propriété. Il est avant tout ce que nous en faisons ; vie trop sédentaire ou trop mouvementée. A nous de trouver ce qui lui convient le mieux.

Nous sommes aussi responsables de son alimentation, des médicaments à effets secondaires dangereux que nous ingurgitons. (Chaque médicament étant accompagné d’une notice avec liste d’effets secondaires, nous devrions toujours la consulter.)

Par ailleurs, si l’équilibre acido-basique, ne semble pas suffisamment intéresser nos médecins, à nous de nous pencher sur le sujet ! Je ne suis pas vraiment étonnée, (mais ne sais jusqu’à quel point il faut s’inquiéter) de lire sur le site « silver47.eu » http://www.silver47.eu/acidesbases.html :

- « Les maladies de dégénérescence ne peuvent se développer qu'en terrain acide et oxydé."

© Alors soyons plus vigilants et vérifions de temps à autre notre PH urinaire (*)

- « Dr. Otto Warburg, 2 fois prix Nobel a déclaré que si le pH est acide, nos cellules auront moins d’oxygène. Le cancer ne peut progresser que dans un environnement acide, dépourvu d’oxygène. »

© Ca aussi ça fait réfléchir !

-" L’hyperacidité de l'organisme est l'une des causes principales de la plupart des maladies métaboliques ! "

Troubles résultant d'un terrain trop acide : 1- manque chronique d'énergie 2- fatigabilité et frilosité 3- difficulté à récupérer 4- tendance dépressive 5- gencives enflammées et sensibles 6- sensibilité des dents au froid, au chaud et à l'acide 7- caries et effritement des dents 8- cheveux ternes, perte de cheveux 9- brûlures rectales ou urinaires 10- peau sèche, fissurée ou crevassée et eczémas secs 11- ongles fragiles, cassants, dédoublés, rayés, tâchés 12- crampes ou spasmes musculaires 13- atteintes des articulations 14- sciatiques 15- sensibilité accrue à la douleur, au froid 16- grande réceptivité aux infections

© Attention ces troubles peuvent être communs à d’autres causes. Un empoisonnement aux métaux lourds et légers, provoquaient chez moi tous ces symptômes sauf les Nos 7, 9, 10, 11, 12, et 13.

Depuis ma guérison fin 2009, tous les symptômes auxquels j’étais sujette ont disparus, sauf la frilosité. Quand l’hiver est là, je suis souvent glacée jusqu’aux os et j’ai encore beaucoup de difficultés à me réchauffer.

Vous trouverez ci-après des extraits de la lettre du professeur Henri Joyeux (HJ) ; elle a été écrite à la fin novembre 2015.

Et enfin vous pourrez lire mes commentaires, commençant par : ©.

Bonne lecture et bonne critique.

A vous de faire des corrélations avec vos propres symptômes, d’aller chercher des éléments sur des sites médicaux sérieux et de collaborer avec des médecins compétents.

Cymone

PS. Je ne suis pas médecin, mais comme vous le savez, je collabore étroitement avec mon médecin traitant s’intéressant de près à la nocivité des métaux.

Dans mon témoignage de guérison, la préface et la postface écrites par 2 médecins, témoignent de ma bonne foie.

Par ailleurs, si vous avez l’intention de vous lancer dans un régime alimentaire plus stricte, parlez-en à votre diététicien (ou médecin).

Si vous soupçonner les métaux lourds et (ou) légers, faites des analyses urinaires et parlez-en à un médecin très au fait de la nocivité des métaux. Ceux de la fondation Catherine Kousmine peuvent vous apporter de grandes satisfactions, mais ils ne sont pas les seuls, rassurez-vous.

~~Image prise sur le site : 66millionsdimpatients.org

(*) Site : http://www.thierrysouccar.com/sante/info/comment-evaluer-lacidite-de-lorganisme-987La mesure du pH urinaire

Le taux normal d’excrétion des acides par les reins est connu et donne aux urines un pH se situant entre 6,5 et 7,5 chez une personne en bonne santé qui se nourrit correctement…

Pour évaluer le pH de son urine, il suffit de se procurer en pharmacie des papiers réactifs (rouleaux ou bandelettes) qui changent de couleur en fonction du pH des liquides dans lesquels ils sont trempés…

Il est conseillé de faire trois mesures par jour pendant cinq jours : sur la deuxième urine du matin (la première urine étant toujours acide car elle contient tous les acides filtrés par les reins et accumulés au cours de la nuit), celle d’avant le repas du midi et celle d’avant le repas du soir. Pour connaître le pH urinaire moyen, on additionne tous les résultats de pH et on divise par le nombre de mesures. Un pH moyen inférieur à 6,5 traduit un excès d’acide dans l’organisme.

(*) Site : http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/ph/symptomes Physiologie. Normalement :

• Le pH du sang circulant à l'intérieur d'une artère est de 7,4 et celui du sang circulant à l'intérieur d'une veine de 7,34.

• Le pH des urines varie de 5,2 à 6,4. Il est directement dépendant du régime alimentaire, et de l'importance du travail musculaire (entre autres).

• Le pH de la salive (mesuré par une méthode colorimétrique, c'est-à-dire le papier de tournesol) est à peine acide chez l'adulte. En effet, le pH salivaire est de 6. Il varie durant le sommeil mais également le lavage des dents, les repas, et la prise de médicaments.

~~La Lettre du Professeur Joyeux :

Moi l’aluminium, je n’ai rien à faire dans un vaccin…

La semaine dernière, nous étions tous dans le deuil, la prière, le recueillement national. J’ai choisi le silence.

Cette semaine je reviens sur un sujet de grande importance, complexe, mais que vous êtes capable de comprendre : l’aluminium dans les vaccins. …

J’ai reçu beaucoup de questions concernant l’aluminium présent dans près de 50 % des vaccins. Dangereux ou pas, utile ou inutile ? À quoi sert-il dans un vaccin ?

Sur un mode humoristique et pédagogique, j’ai donc décidé de laisser la parole à cet oligo-élément. On le trouve partout : dans l’eau, dans nos casseroles, dans les canettes de boisson, les emballages de type Nespresso, les barquettes en aluminium… Il est aussi bien sûr dans nos papillotes qui libèrent de l’aluminium si elles enrobent des aliments acides ou gras – en particulier, donc, les produits animaux –, mais également dans nos déodorants, antitranspirants, gels douche, crèmes pour le corps et, curieusement, dans nos vaccins

~~L’aluminium va vous expliquer lui-même pourquoi il est dangereux !

Me voilà. Celui qui signe cette lettre m’a demandé de vous dire en quoi je peux vous être utile ou dangereux pour vous. Comme vous le verrez, je ne vous veux que du bien, d’ailleurs votre corps le sait. Je ne vous pose problème que lorsque vous me consommez en trop grande quantité. C’est la première fois que je parle en mon nom propre, « Aluminium »…

~~Qui suis-je, moi, l’aluminium, et où me trouve-t-on ?

Je suis un métal non essentiel, très résistant à l’oxydation, donc au vieillissement, réactif, malléable, de couleur argentée ; je suis un oligo-élement, cela veut dire présent en très petite quantité dans votre corps…

Je suis insoluble dans l’eau, sauf mélangé à des matières organiques : nitrates, sulfates, chlorures… Présent dans les sols, je me concentre dans les végétaux, surtout quand les sols sont acides. Je suis présent dans les eaux de drainage suite aux pluies acides où l’acidité des roches me mobilise. Je suis donc en contact avec vous, chers humains, par les plantes et les eaux de source notamment. Heureusement pour vous, c’est toujours à très petites doses, car vous savez très vite me rendre à la terre. Je ne suis pas fait pour rester dans votre corps. Normalement, si vous ne me consommez pas à forte dose, vous ne me stockez pas. Je suis recyclable à l’infini [4] sans perdre mes qualités, donc non gaspillable.

On m’utilise beaucoup, et pour toutes sortes de choses ! On se sert donc de moi pour traiter les eaux (sulfate d’aluminium), mais aussi comme additif alimentaire (dans les gâteaux, crêpes, fromages industriels, bière, pâtes congelées..) et je me retrouve même comme adjuvant dans les vaccins ainsi que dans de nombreux produits pharmaceutiques, cosmétiques et ustensiles, récipients, matériaux d’emballage de produits alimentaires…

~~Moi, l’aluminium, dans votre alimentation

Je suis présent par voie alimentaire à raison de 2,5 à 13 mg par jour, mais heureusement pour vous, surtout si je suis sous forme de phosphates, citrates, hydroxyde, sulfates (pour les biochimistes), je ne passe pas ou très peu dans le sang. Si votre intestin n’est pas poreux (leaky gut des Anglosaxons), vous m’éliminez pour 99,5 % de ce que vous prenez dans votre alimentation.Attention cependant : vous risquez de me consommer en trop grande quantité avec les médicaments dits anti-acides que je vous déconseille, car alors votre apport alimentaire est multiplié par 100 à 1000 et l’absorption serait d’environ 0,2 % pour chaque prise. Là, il y a évidemment un risque que je m’accumule dans votre corps où je n’ai rien à faire, car je suis fait pour la terre.

© Comme je le disais dans mes précédents posts, les individus atteints d’une maladie chronique intestinale, peuvent avoir des intestins poreux. Malheureusement c’est la porte ouverte à bien des infections, à des micro-particules de métaux pénétrant dans le sang, et au développement éventuel de maladies dégénérescentes.

~~HJ : Une histoire d’intoxication de l’eau de boissons

En 1988, 20 tonnes de sulfate d’aluminium ont été accidentellement déversées dans un réseau d’eau desservant une population de 20 000 personnes résidant en Cornouailles. (concentration estimée à plus de 620 mg/l alors que la réglementation prévoit que celle-ci ne doit pas dépasser 0,2 mg/l). « Dans les jours suivant l’accident, des plaintes ont émergé parmi les personnes exposées à certain type d’éruption cutanée et atteintes de troubles gastro-intestinaux », rapporte l’INVS. « Deux individus ont également souffert d’ulcération des lèvres et de la bouche. Dans les semaines et mois suivants, d’autres types de troubles ont été rapportés : douleurs musculaires, fatigue, troubles de la concentration et de la mémoire… ». Nous ne connaissons pas les suites à moyen ou long terme. Dans l’eau potable je suis présent au maximum à 100 microgrammes par litre ! Dans votre corps, je peux être présent à la dose de 30 à 50 mg, ce qui est beaucoup trop. Je risque alors d’aller me nicher pour 50 % dans les os, 25 % dans les poumons, 20 à 25 % dans le foie, le reste dans la rate et le système nerveux central. © D’autres métaux comme le mercure peuvent aussi faire des dégâts considérables chez les humains. Ci-après un extrait de mon témoignage : « L’histoire révèle que des centaines de gens atteints de la maladie de Minamata sont morts empoisonnés par le mercure au début du XX éme siècle. En 1907 une usine pétrochimique était installée à Minamata au Japon. 25 ans plus tard on constatait qu’elle rejetait dans la mer des tonnes de métaux lourds mettant en péril tout l’écosystème et particulièrement la santé des hommes… « Le Mouvement Social » fait état de cette catastrophe qui a bouleversé l’opinion publique dans le monde entier jusqu’à la fin du XXème siècle…»

~~HJ : Moi, l’aluminium, par voie respiratoire

Ce sont surtout les personnes qui travaillent avec moi qui sont particulièrement exposées… Heureusement, une grande partie est éliminée par vos expectorations et retrouvée dans la salive, d’où un passage par voie digestive et votre élimination dans les matières. Votre corps est bien fait, vous me rendez à la terre… Cependant je ne peux pas vous cacher, si vous expectorez peu, que 3 à 4,5 % du dépôt pulmonaire passera dans le sang pour se distribuer dans l’organisme et aller jusque dans votre cerveau…

~~Moi, l’aluminium, sur votre peau

Votre peau peut m’absorber. Ainsi, pour 84 mg de chlorhydrate d’aluminium passés sous les aisselles comme antiperspirant, l’absorption est immédiate, et l’élimination commence le premier jour et durerait plus d’un mois (44 jours). Depuis l’aisselle je n’ai pas un long chemin à faire pour irriter la glande mammaire, c’est pour cela qu’on m’a suspecté d’être en cause dans les cancers du sein, mais il y a bien d’autres facteurs de risques! …

~~Moi, l’aluminium, à partir de votre sang

je diffuse partout …Moi, si je suis apporté par voie veineuse de manière expérimentale, 99 % de ma dose d’aluminium est dans le plasma et se lie pour 80 % à une protéine fabriquée par le foie, la transferrine [6].Le couple Al-transferrine se dépose alors dans la rate et le foie. Je me lie aussi à l’albumine pour 10 % et peux me concentrer ensuite dans les globules rouges pour 14 %. … Au total, pour une charge de 30 à 50 mg, l’os capte 50 % par les petites molécules, le poumon 25 %, le foie 20 à 25 %. Le reste va dans le système nerveux central et la rate…

~~Moi, l’aluminium, dans vos os, mon lieu principal de dépôt dans votre corps …

Je l’avoue : je suis le grand responsable des ostéomalacie observées chez les insuffisants rénaux qui doivent subir le rein artificiel en attendant une bienheureuse greffe de rein. Pourquoi ? Car je suis en effet capable d’inhiber la minéralisation osseuse et ainsi responsable de fractures osseuses par l’ostéomalacie qui fragilise l’os. Elles sont donc surtout présentes chez les dialysés. La maladie osseuse dont je suis à l’origine est nommée : « aluminium-induced bone disease ». Elle est la seule forme d’ostéodystrophie (anomalie osseuse) à bas niveau de remodelage osseux qui entraîne des symptômes précis. Les signes cliniques sont des douleurs osseuses et musculaires lancinantes, des faiblesses à l’origine de chutes et fractures qui finissent par perturber très péniblement la vie quotidienne. Quelques publications ont rapporté des cas d’ostéomalacie dues à de fortes ingestions chroniques d’anti-acides – médicaments contre les gastrites et ulcères de l’estomac – contenant de l’aluminium, chez des patients indemnes d’insuffisance rénale. Évidemment, je ne vous les recommande pas.

~~Ma concentration dans l’os …

Les niveaux de base dans l’os varient entre 1 à 3 μg/g poids frais (normal : 0,20 μg/g poids sec). L’os traduit l’exposition passée de l’individu. Le fort dépôt dans l’os se retrouve aussi dans le cerveau des patients atteints d’Alzheimer…

~~Suis-je responsable de tumeurs sarcomateuses des os ou des tissus mous ?

C’est chez les animaux vaccinés qu’on a découvert des relations entre l’aluminium du vaccin et l’apparition de cancers particuliers dénommés sarcomes. Comment ne pas me suspecter d’être cancérigène puisque, chez l’animal vacciné, on observe régulièrement des cancers aux points d’injection, même plusieurs années après la vaccination ? Coïncidence ou corrélation? … Pourquoi les animaux feraient-ils ce genre de tumeurs très graves et pas les humains, tout en sachant que ce n’est pas toujours au niveau du site d’injection du vaccin contenant l’adjuvant aluminium que cela se passe ? Curieusement, je viens d’apprendre de la part de mon excellent collègue, ami médecin vétérinaire Pierre May, ostéopathe à Faverges en Savoie, que les nouveaux vaccins animaux sont désormais sans aluminium. On sait bien que l’animal passe avant l’homme pour tester les médicaments. C’est une bonne nouvelle pour qu’enfin les spécialistes des vaccins, vaccinologues, épidémiologistes, pédiatres obsédés par les vaccinations, comprennent que je n’ai rien à faire dans un vaccin !

~~Moi, l’aluminium, dans votre cerveau je ne vous fais pas du bien car je n’ai rien à y faire : je suis neurotoxique

Les encéphalopathies • …

• Dès 1976, chez des patients atteints de maladie d’Alzheimer, on met en évidence une corrélation anatomique entre les régions du cortex cérébral (substance grise) à forte teneur en aluminium et la présence de dégénérescences neurofibrillaires suggérant que moi, l’aluminium, je suis en cause…

En général, le cerveau des patients atteints d’Alzheimer contient 10 à 30 fois plus de moi-même, l’aluminium, que le cerveau des personnes normales. Les niveaux de base normaux dans le cerveau (surtout substance grise) sont d’environ 1 à 3 μg/g poids sec ou inférieurs à 0,5 μg/g poids frais. Ce sont les aluminosilicates que l’on retrouve dans des amas neurofibrillaires et les noyaux de plaques séniles chez des sujets atteints de la maladie d’Alzheimer.

Je suis également repéré et suspecté dans la sclérose latérale amyotrophique, la maladie de Parkinson, ainsi qu’au niveau neuro-développement avec l’autisme. Vous avez encore beaucoup de recherches à faire quant à mes rôles délétères !

J’entre dans votre système nerveux par deux voies, emporté par des petites molécules :

1. Un peu par la cavité nasale, le long des fins filaments nerveux de la base du nez qui rejoignent les lobes olfactifs (et je peux ainsi affaiblir votre odorat, un des premiers signes de l’Alzheimer).

2. Par voie sanguine, les barrières dites hémato-méningée et hémato-encéphalique vers les zones de fabrication du liquide céphalorachidien (LCR), d’où l’intérêt de me rechercher dans le LCR. Comme je suis Biopersistant dans le tissu gras, évidemment on ne me retrouve pas dans ce liquide, je reste fixé proche du tissu gras des neurones, la myéline, dans la substance grise et dans les noyaux gris centraux que je peux détruire localement par irritation et inflammation...

~~Moi, l’aluminium, dans les urines

La voie urinaire, quand le rein est normal, est une bonne voie d’excrétion, jusqu’à 83 % de ce qui est passé dans le sang. La concentration urinaire d’aluminium est généralement inférieure à 20 μg/l...

~~Moi, l’aluminium, présent dans les vaccins, j’ai des effets immuno-allergiques

Je suis l’adjuvant en chef présent dans les vaccins, parce que je suis capable de stimuler un système immunitaire faible. Je suis le plus souvent associé à des sels : acétate, phosphate, chlorure, hydroxyde, potassium, sulfate.

En réalité, on m’utilise comme excitateur du système immunitaire, mais cela ne veut pas dire que j’augmente vraiment les défenses immunitaires.

~~Voici un aperçu des 47 vaccins dans lesquels, moi, l’aluminium, je suis présent

Ainsi l’hydroxyde d’aluminium est présent dans de nombreux vaccins contre diphtérie, tétanos, polio, le classique DTP de Sanofi Pasteur, le Revaxis, et aussi dans tous les vaccins contre l’hépatite B. Le vaccin GenhevacB de Pasteur contre l’hépatite B en contient 1250 microgrammes à chaque injection et il faut en faire deux à un mois d’intervalle et une autre un an plus tard…

En avril 2012, juste avant d’être nommée à son poste, la ministre de la Santé actuelle Mme Touraine écrivait ceci à l’association E3M, association représentative des usagers (www.myofasciite.fr) :

« De nombreuses études ont alerté sur le possible potentiel cancérigène et perturbateur endocrinien des sels d'aluminium. Les familles doivent également avoir le choix de faire procéder aux vaccinations obligatoires par des vaccins sans sel d'aluminium, d'autant plus que cela était le cas jusqu'en 2008 ».

À cette époque elle aurait certainement signé la pétition lancée par celui qui signe cette lettre sans pour autant être poursuivie pour ses prises de position contre les vaccinations. Curieusement, elle a changé d’avis, bien qu’elle veuille lancer un grand débat démocratique en ayant déjà donné la conclusion avec ces mots : « La vaccination ne se discute pas ! »

~~© Décevant ? Oui. Malheureusement pour nous, la politique détruirait les bonnes intentions de ceux qui un jour sont installés au POUVOIR. Effectivement, il n’y a pas de débat démocratique dans cette attitude.

La vaccination obligatoire contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, ne devrait pas nous inquiéter si elle n’était compromise par l’ajout d’adjuvants nocifs pour notre santé. Or c’est le cas apparemment !Mon médecin qui est lui aussi très inquiet au sujet des adjuvants nocifs, rajoute que les gens se vaccinant pour un oui pour un non, détruisent leur santé, plus qu’ils ne se protègent. Des vaccins, oui, mais qui nous protègent et ne déclenchent pas d’autres maladies.

~~HJ : Comment j’agis sur le système immunitaire, local et général : un syndrome inflammatoire auto-immun

J’agis principalement au niveau du système immunitaire parce que je stimule la formation des globules blancs spéciaux, nommés monocytes, gros globules blancs chargés de détruire certains types de virus et bactéries pour protéger l'organisme des infections… J’agis aussi localement au point d’injection au niveau musculaire en créant une forte réaction…

~~Je suis responsable de la myofasciite à macrophages (MFM)

Elle est caractérisée par la présence d’une lésion musculaire très particulière au niveau du point d’injection sur l’épaule… Moi, l’aluminium, je me concentre donc dans les cellules dites « macrophages » au site d’administration du vaccin, mais aussi dans d’autres sites comme le musculaire et le système nerveux. Je ne reste pas obligatoirement sur place…

Il est maintenant quasiment scientifiquement établi que l’aluminium des vaccins peut déclencher – en moyenne 3 ans après l’injection, avec un délai maximum de 8 ans – une myofasciite à macrophages qui est associée dans 30 % des cas à une maladie auto-immune, le plus souvent une sclérose en plaques.

L’adjuvant aluminium ne serait donc pas que neurotoxique. Comment ne pas le suspecter d’être cancérigène puisque, chez l’animal vacciné, on observe régulièrement des cancers aux points d’injection, même plusieurs années après la vaccination ? Coïncidence ou corrélation ? ...

~~Moi, l’aluminium, relié à d’autres types de cancers

Toutes les études concernant les causes des cancers ne s’intéressent pas vraiment à moi, l’aluminium. Étrangement, je ne fais pas peur. Sont essentiellement ciblés les hydrocarbures polycycliques et le tabac. … Il est certain qu’énormément d’intérêts financiers passent avant votre santé, mes chers amis. Vous comprenez mieux désormais pourquoi je vous conseille vivement de m’éviter dans les vaccins. Evidemment, les laboratoires chercheront d’abord à les écouler en poussant les médecins et les pharmaciens à les conseiller à leur clientèle.

~~Alors, que faire ?

Un conseil très simple : dites à votre médecin que vous n’êtes pas contre la vaccination obligatoire contre diphtérie-tétanos-polio, mais que vous ne voulez pas d’aluminium sous quelque forme que ce soit dans le vaccin pour votre enfant. Ne vous inquiétez pas, les laboratoires me lisent et savent parfaitement fabriquer des vaccins sans aluminium en moins de 6 mois…

Bien à vous tous,

Pr Henri Joyeux,

~~© Que faire ?

En ce qui concerne les vaccins contenant de l’aluminium et autres adjuvants dangereux pour la santé, il faut effectivement poursuivre cette forme de résistance conseillée par le Professeur Henri Joyeux.

Mon médecin dit que les gens se vaccinent trop et pour tout ! Trop de vaccins déclenchent des maladies auto-immunes, souvent plus inquiétantes que les maladies dont ils protègent.

En ce qui concerne les métaux lourds et légers, il faut les éviter au maximum en lisant les étiquettes des produits, qu’ils soient pour la toilette, alimentaires, médicamenteux, d’entretien, etc. Mais ce qui me parait le plus important, c’est au niveau de la bouche et des prothèses dentaires provoquant des électrolyses et donc des EMPOISONNEMENTS PERMANENTS de nos organismes. Choisissons un bon dentiste et n’acceptons pas n’importe quels métaux dans notre bouche.

Commenter cet article