PROLOGUE de mon livre "COLOPATHIE-PARTY. COLOPATHIE-partie

PROLOGUE

Cet écrit pourrait s’apparenter à un retour en arrière, un « flashback » qui s’articule autour de ma santé retrouvée récemment et du temps perdu par le milieu médical pour me remettre sur pieds. En effet la Colopathie fonctionnelle ou TFI Trouble Fonctionnel Intestinal ; ou SII Syndrome Intestin Irritable ou MICI Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale, cette maladie aux multiples appellations est toujours la même maladie, terriblement handicapante. Elle a altéré considérablement 20 ans de mon existence, environ ¼ de l'espérance d’une vie féminine. C'est la faute à « pas de chance » mais aussi à celle de la négligence de certains médecins qui ne m'ont laissé que des désillusions. Si j’en admire quelques uns, d’autres m’ont beaucoup déçue en me laissant choir par ignorance ou par le peu de temps qu’ils consacrent à leurs patients.

J’intitule ce livre « colopathie-party, colopathie partie », un titre révélant dans les deux premiers mots, un retour sur une maladie pleine d’imprévus et de rebondissements ! Et dans les deux derniers mots la relative rapidité avec laquelle mon médecin traitant en est venue à bout. Il a fait part d’une volonté tenace pour me guérir, d’une certaine pugnacité face à cette maladie de plus en plus courante. Elle toucherait 10 à 20% de la population occidentale.

La réussite de mon médecin tient particulièrement à son côté humaniste et essentiellement à ses compétences en médecine générale. De mon côté, j’avais déjà pris ma santé en main depuis quelques temps, en lisant sur le net, de nombreux sites médicaux sérieux sur lesquels j’ai retrouvé mes symptômes et les causes de ma maladie. J’en ai fait part à mon médecin traitant qui a toujours été à l’écoute de mes analyses où régnait forcément l’incertitude d’une néophyte. Ce médecin que je n'ai pas eu la chance de rencontrer il y a 20 ans en arrière, a signé le serment d'Hippocrate sans hypocrisie celui-là. Ma devise pourrait être « aide toi, ton médecin t’aidera »

Ce livre, j’aurai pu l’intituler aussi « A la recherche du temps perdu » mais Marcel Proust m'avait volé la vedette depuis longtemps déjà ! Dommage, c’eut été un titre révélateur de mon histoire, bien qu'elle n’ait rien à voir avec la sienne. En 1922 la colopathie n'était peut-être pas citée dans les livres de médecine. Ce titre pourrait signifier que désormais je retrouve la santé et la joie de vivre et que je souhaite rattraper le temps perdu, recommencer mon histoire avec un esprit sain dans un corps sain.

Ma colopathie, cette compagne indésirable partageait mon quotidien, que ce soit dans mon travail, dans mes voyages, ma vie de famille, mes distractions, mes luttes, syndicales, sociales ou personnelles. Alors j’ai fait avec, en la combattant tous les jours et en ralentissant le moins possible mes activités.

Ce récit traite de mes espoirs pour vaincre la maladie. Il mentionne mes échecs et ceux des médecins durant 20 ans de colopathie fonctionnelle, juste avant de rentrer dans la dernière ligne droite où la victoire nous attendait. Ce récit cite les traitements qui m'ont soulagée et tout ce qui a contribué à ma guérison ; il raconte mon acharnement à vaincre la maladie, et quelques épisodes de ma vie entre parenthèses.

« Celui qui se bat risque de perdre, mais celui qui ne se bat pas a perdu d’avance » (Berthold Brecht)

Une Mercurienne ?

P.S. L’histoire est vraie en ce qui me concerne, les noms des personnages sont fictifs. Ce livre ne constitue pas un procès fait à ceux qui m’ont rendue malade, mais plutôt un témoignage qui se doit d’informer, à défaut d’attaquer des personnes et la société en règle générale.

Pourquoi ceux qui sont censés nous soulager peuvent nous rendre malades et parfois même nous démolir ? Comment peut-on détruire en ayant l’ambition de guérir ?