Mycoses, Muguet buccal, Candidose. Comment les éradiquer énergiquement.

Publié le par CYMONE

Bonjour

Si aujourd’hui j’aborde les mycoses dans leur ensemble, et la candidose dans le détail, c’est parce que c’est souvent BLANCS BONNETS et BONNETS BLANCS. Elles seraient, mais ce n’est pas toujours le cas quand même, étroitement liées.

Une candidose peut être provoquée par des traitements antibiotiques, Voir un article du FIGARO http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/05/18/23745-risque-retardement-lexces-dantibiotiques pour connaitre les risques liés aux antibiotiques. « En altérant la composition en bactéries de nos intestins dès les premiers âges de la vie, les antibiotiques seraient à l'origine de nombreuses maladies chez l'adulte… Certaines maladies comme l'obésité, le diabète ou l'asthme pourraient avoir comme origine la prise d'antibiotiques au cours de l'enfance…«Aujourd'hui, on considère que le microbiote intestinal est un organe à part entière qui a des interactions très complexes avec nous et qui se trouve profondément altéré par les antibiotiques», explique le Pr Andremont… En effet, les antibiotiques éradiquent certaines de nos «bonnes» bactéries, ce qui créé un déséquilibre à l'origine de certaines pathologies, mais en sus ils rendent des bactéries néfastes résistantes… »

Une candidose peut être provoquée par des corticoïdes, la pilule contraceptive, la chimiothérapie, etc. Mais aussi par des erreurs alimentaires dont l’excès de sucres.

Une candidose provoque des symptômes plus ou moins variés selon les individus : troubles digestifs, troubles neurologiques, prise de poids, infections et inflammations diverses au niveau de la sphère ORL et ailleurs.

Dans le cas du muguet buccal par exemple, il se développe presque toujours à cause d’une candidose intestinale.

Allez sur TOP SANTE https://www.topsante.com/medecine/dents-bouche/hygiene-bucco-dentaire/muguet-buccal-une-mycose-de-la-bouche-frequente-chez-le-nourrisson-57663 pour mieux comprendre ce qu’est réellement le MUGUET.

 

Quand aux mycoses des doigts de pieds, ce serait souvent des candidas Albicans !

 

Pour les mycoses génitales, ce serait kif kif !

 

Le Candida Albicans serait donc le principal coupable.

Sa résidence principale est l’intestin, c’est ici qu’il faut le traquer. Non pas pour l’éliminer complètement, mais pour l’empêcher de se développer anormalement.

Ses résidences secondaires sont les régions humides de notre corps.

Plus le Candida Albicans se développe, plus le système immunitaire s’affaiblit, plus on développe de maladies (M*)!

Mais comme le Candida Albicans (levure) est un hôte normal de notre flore (ou microbiote) intestinale, s’évertuer à l’éliminer serait impossible et dangereux ; l’important étant de modérer sa population afin qu’il n’envahisse pas le côlon. L’art d’être en bonne santé globalement serait de maintenir un bon équilibre entre les bonnes bactéries et les mauvaises, les bonnes levures et les mauvaises ; elles ont toutes leur utilité.

En bref il ne faudrait pas maltraiter tous ces microbes qui s’autorégulent et peuplent nos intestins. Il ne faut pas détruire notre système immunitaire avec des médicaments qui détruisent les bonnes bactéries, ou avec une alimentation qui favorise le développement des levures comme le Candida Albicans avide de sucre.

Une candidose se développe plus particulièrement dans les organismes acides (certains médicaments augmentent considérablement l’acidité.) L’idéal pour notre Potentiel Hydrogène est de 7. Si ce chiffre augmente, cela signifie que l’acidité diminue ; à l’inverse elle augmente.

Nous devrions souvent mesurer notre PH urinaire surtout après la prise d’antibiotiques par exemple.

 

  • Il existe des traitements médicamenteux (Rapides mais avec d’éventuels effets secondaires).
  • Il existe des traitements naturels (presque aussi rapides mais rarement destructeurs si les dosages sont respectés).

Il est conseillé de faire des cures de plusieurs semaines avec certains compléments alimentaires, puis de passer à d’autres compléments, car le corps finit par s’habituer et le complément alimentaire utilisé trop longtemps, perd en efficacité.

 

Par ailleurs, j’aimerais vous faire part de mon expérience sur le sujet :

  • Mes erreurs récentes, celle de croire que je n’avais plus à craindre de candidose depuis la guérison (fin 2009) de ma colopathie-fonctionnelle due au polymétallisme en bouche. Eh oui, je suis de plus en plus partie à la dérive avec une alimentation de plus en plus variée mais aussi de plus en plus chargée en sucre. (voir la lettre de SANTE NUTRITION du 26 septembre 2016. Vous comprendrez tout sur les risques liés à la surconsommation de sucres rafinés. http://www.sante-nutrition.org/lirm-montre-que-les-cellules-cancereuses-prosperent-grace-sucre-raffine/ « Les principaux coupables de l’effet mortel du sucre comprennent : le sucre blanc et la farine blanche, les aliments sucrés et transformés (même les plats salés), et les fast-foods. » « Ces sources concluent sur l’importance de choisir des aliments sains, non transformés, et principalement d’origine végétale pour maintenir le corps en bonne santé, et l’esprit nourri. »)

 

Hiver 2016/2017 : prises d’antibiotiques prescrits pour des gingivites difficiles à soigner, et une prise d’antibiotiques auto-administrés par mes soins, car il s’agissait d’un cas d’urgence lié à un voyage impossible à annuler. Suite à cette surconsommation d’antibiotiques, à une mauvaise alimentation, j’étais si épuisée (mon système immunitaire aussi) que j’ai fini par attraper la grippe (en février 2017) et un médecin Lambda m’a prescrit des anti-inflammatoires ! Résultats finals : plus d’un mois d’épuisement. Impossible de me remettre sur pieds, la sphère ORL douloureuse, etc. Cependant pas de dérèglement intestinal visible. Si je dis visible c’est parce qu’en avril un muguet douloureux a envahi ma langue. Mon médecin traitant a levé les bras au ciel et m’a prescrit un antifongique (Fungizone, pouvant déclencher des allergies !). Je ne l’ai utilisé qu’en bain-de-bouche (pendant 4 semaines)

  • Mes bonnes décisions, celles de traiter ma probable candidose intestinale avec des antifongiques naturels très puissants (Voir mon tableau dans l’article intitulé «MUGUET BUCCAL ET CANDIDOSE. Traitements… ».Il pourrait vous servir au quotidien lors des différentes cures que vous décideriez de vous imposer pour éradiquer une candidose, avec l’aide d’un bon médecin).
  • …Lire ce tableau sur : http://colopathie-fonctionnelle-sii.blogspot.com l'article a été posté ce jour.

Ce tableau est réalisé à partir de nombreuses recherches prises ça et là sur le NET et puisées essentiellement sur les 2 sites suivants :

 

Par ailleurs, j’ai supprimé principalement les sucres raffinés dits généralement « saccharose » comme le sucre de canne ou de betterave, les rares pâtisseries que je mangeais, les sorbets aux fruits que je prenais régulièrement , en bref j’ai supprimé radicalement tout ce qui contenait des sucres ajoutés. (Ne pas oublier non plus que les levures sont aussi à supprimer).

Depuis le mois d’avril, hors mis viande et poisson, je ne mange que des produits naturels (légumes crus ou cuits, ainsi que des fruits frais contenant un peu de fructose) Depuis longtemps j’évite le gluten et ne consomme plus de laits ni de produits laitiers. Ce régime alimentaire très strict (mais pas dépourvu de bonnes choses) semble me maintenir en bonne santé (le muguet ayant disparu de ma bouche, j’imagine que ma candidose intestinale régresse). Prochainement, mon médecin traitant me prescrira sans doute des examens médicaux des selles, du sang ou des urines pour savoir si la candidose est toujours là. (Ces examens ne seraient pas toujours fiables parait-il !)En attendant je continue à bouder le sucre ! Ce fut très dur au début, mais maintenant je n’en n’ai plus envie du tout ! Ca m’écœure rien que d’y penser !

J’ai aussi commencé à réensemencer ma flore intestinale avec des probiotiques (moi je prends du Lactibiane cnd, candisis. En pharmacie discount je le trouve à des prix très intéressants, moins de 15 pour 40 gélules de 5 milliard de bactéries)

Il y en a d’autres recommandés par de grands professeurs comme Henri JOYEUX par exemple. Voir « la lettre du professeur JOYEUX » datée du 7 janvier 2016. http://www.famillessanteprevention.org/lettreprjoyeux

La lettre de SANTE NATURE INNOVATION envoyée le 29/11/2016 par Jean-Marc Dupuis, privilégie en matière de probiotiques, les souches suivants : Lactobacillus acidophilus, du Lactobacillus casei, du Lactobacillus plantarum, du Bifidobacterium et du Streptococcus thermophilus.

Dont le probiotique Lactibiane Référence de Pileje. (Je vais essayer de le trouver en pharmacie discount !)

Il y a environ 1 semaine, une infirmière m’a fait une irrigation colonique. Voir le site de la fondation Catherine KOUSMINE : https://www.kousmine.fr/lhygiene-intestinale-3eme-pilier-de-la-methode/
« C’est un lavement à grande eau qui permet un nettoyage de la totalité du côlon, contrairement au lavement qui nettoie le sigmoïde et un peu le côlon descendant. Il est pratiqué par un praticien confirmé et se fait avec un appareil branché sur l’eau courante, équipé d’un système de filtres, détendeur, manomètre et mitigeur afin d’obtenir une eau douce, propre et de contrôler en permanence le débit, la pression et la température. Il utilise 80 à 100 l d’eau, en va-et-vient, en 45 minutes environ.

Le praticien effectue des bains successifs du gros intestin, et permet l’évacuation complète des matières sans effort de la part du patient. On pourra même contrôler l’état des selles, grâce à un tube transparent. Ceci permet d’apprécier le fonctionnement intestinal. La découverte d’aliments entiers, non digérés, de mucus, de gaz, de
parasites sont autant d’indications sur les erreurs alimentaires ou les intolérances à supprimer. Conjointement à l’irrigation, le thérapeute pratique des massages spécifiques du côlon qui permettent de repérer les zones de tension ou de gêne et d’aider à décoller les matières.
Technique plus complète et efficace que le lavement, il s’agit d’une véritable technique de décrassage et de purification. »

 

Constats personnels relevés au cours de mon traitement antifongique:

  • Grace au bain de bouche de Fungizone, (3*/j) le muguet buccal a disparu complètement au bout de 10 à 15 jours environ
  • Quelques inflammations des gencives persistants encore, j’ai continué de faire des bains de bouche de Fungizone pendant encore 2 semaines.
  • Pendant les 10 premiers jours de traitement complet (bains de bouche de Fungizone + antifongiques naturels), je ressentais parfois des démangeaisons intenses au niveau des bras et des jambes. Cela signifiait parait-il, que le traitement antifongique était trop fortement dosé, mais efficace néanmoins !
  • Après les bains de bouche de Fungizone, par sécurité, j’ai fait (3*/j) pendant quelques temps encore des bains de bouche en mélangeant une cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans un verre d’eau.
  • Le muguet buccal n’est pas réapparu, et ma bouche ne me fait plus souffrir !
  • La mycose des pieds a disparu progressivement
  • Les brûlures dans les yeux, constatées habituellement avec le port des lentilles oculaires, sont depuis 1 semaine environ, beaucoup moins intenses qu’auparavant. Désormais j’arrive à garder mes lentilles sur les yeux pendant 6 à 8heures d’affilé (avant je ne les supportais pas plus d’1heure ou 2 !)
  • Mes intestins qui pendant le premier mois étaient légèrement capricieux, (pas de diarrhées, mais 3 ou 4 selles fermes par jour) se sont bien rétablis.
  • Je suis beaucoup moins fatiguée
  • Je dors un peu mieux

Je précise que je n’ai jamais eu de maux de tête, ni de véritables ballonnements, comme c’aurait pu être le cas.

Je précise aussi que je continue cette cure de produits naturels au moins jusqu’en septembre. Ensuite j’aviserai en fonction de mon état de santé.

Mais je suis bien déterminée à adopter définitivement un régime alimentaire pauvre en sucres ajoutés, et le plus souvent sans sucres ajoutés.

 

Pour en savoir plus sur le sujet je vous conseille aussi de lire la lettre de SANTE NATURE INNOVATION « Êtes-vous infesté de Candida Albicans ? »

 

Bonne lecture et bons commentaires.

Mais surtout pas d’affolements inutiles et surtout de bons échanges avec des médecins compétents avant de vous lancer dans la chasse aux Candidas Albicans.

 

Cymone

 

(M*) syndrome du colon irritable (ou SII ou colopathie), de l’asthme, des ballonnements, des flatulences, de la fibromyalgie, de la fatigue chronique, etc. Et à l’extrême, la maladie que l’on redoute le plus, le cancer !

 

 

 

Cliquez sur : https://www.santenatureinnovation.com/etes-vous-infeste-de-candida-albicans-2/ pour lire la lettre de SANTE NATURE INNOVATION dont voici quelques extraits :

Êtes-vous infesté de Candida Albicans ?

Santé Nature Innovation | 30/01/2013

Les horribles méfaits de Candida Albicans

Lorsque vous êtes infesté de Candida albicans, on dit que vous souffrez de « mycose » ou plus précisément de « candidose », la mycose la plus courante.

On n’a pas de chiffres précis pour la France mais une majeure partie de la population française a des mycoses sur les doigts de pied, et souvent sous les ongles : ce sont le plus souvent des colonies de Candida albicans.

Âmes sensibles, passez directement à la section suivante

Les irritations dues au Candida albicans se produisent dans toutes les régions humides du corps, et en particulier dans et sur les parties génitales.

En France, ce sont littéralement des millions de personnes qui souffrent d’infections dues à ce type de levure ou champignon microscopique …

Vous ne pouvez pas rester comme ça.

Une infection à prendre au sérieux

Contrairement à beaucoup de maladies, vous avez l’impression – sauf cas extrême – de pouvoir continuer à vivre une vie « normale » malgré l’infection par Candida albicans.

Vos ongles de pieds ne sont pas beaux à voir, vous avez un sentiment général de mal-être, des ballonnement, de violentes démangeaisons. …

Mais le problème est que ce champignon produit pas moins de 79 immunodépresseurs. (2) Ce sont des substances qui neutralisent vos défenses naturelles, ouvrant grand la porte à des maladies plus graves. Plus vous avez de Candida albicans dans le corps, plus vous devenez vulnérable aux infections.

La candidose peut ainsi provoquer le syndrome du colon irritable, de l’asthme, des ballonnements, des flatulences, de la fibromyalgie, de la fatigue chronique, etc. Votre corps a de plus en plus de mal à se débarrasser des germes opportunistes et pathogènes (responsables de maladies), et en particulier des cellules cancéreuses. Un célèbre cancérologue de Rome considère que la mycose est une des principales causes de cancer. (3)

Ce n’est que dans 8 cas sur 100 000 que le Candida pénètre dans le sang et provoque une candidémie qui se solde par le décès du patient…

C’est pourquoi il est si urgent de vous soigner, si vous pensez être touché.

La plupart des médecins ont beaucoup de difficulté à faire le diagnostic de ces infections, tant les symptômes sont variés et peuvent être confondus avec ceux de la borréliose (maladie de Lyme

Connaître votre ennemi pour mieux l’assassiner

Vous le savez maintenant, Candida albicans est un champignon microscopique, autrement dit une levure. Il vit dans votre intestin, et c’est normal.

Les lecteurs de SNI savent que chacun d’entre nous vit avec des centaines d’espèces de microbes dans son intestin. Ces espèces sont si variées qu’on parle de « flore intestinale » ou de « microbiote », …

Les grands coupables

Les mycoses apparaissent quand les levures, dont Candida albicans est l’espèce dominante, se développent abusivement dans l’intestin.

Normalement, par un de ces miracles dont la nature a le secret, levures et bactéries de la flore intestinale s’auto-régulent : elles se tiennent mutuellement en respect, parce que chacune contrôle la nourriture de l’autre : les bactéries produisent les acides organiques qui nourrissent les levures. Les levures, elles, produisent les acides aminés et les peptides que mangent les bactéries.

Chacune a besoin des autres pour se développer harmonieusement. Les scientifiques parlent de symbiose, du grec « vivre ensemble », et Candida albicans, loin d’être un cas social dans le monde des levures et des bactéries, est normalement bien intégré à la communauté.

Mais si vous détruisez les bactéries à coup d’antibiotiques et que vous gavez vos levures du sucre dont elles raffolent, les levures se multiplient et en profitent pour aller coloniser d’autres parties du corps.

Si vous soupçonnez chez vous une infestation par Candida albicans, par la présence de mycoses ou tout autre symptôme signalé plus haut, il est très important de vous en préoccuper au plus vite.

Il est en effet possible d’agir avec de bons résultats, mais cela peut prendre du temps si la mycose est ancienne !

Des traitements simples des candidoses externes

Pour commencer, en cas de mycose externe (orteils) ou de la bouche, on peut traiter avec une solution d’eau oxygénée et de bicarbonate de soude dans de l’eau.

Ensuite, faite la même opération avec un extrait de pépin de pamplemousse (CitroBiotic) qui va parfaire l’action. …

En cas d’infection vaginale, …

Pour les pieds, …

Ongles : appliquez de la teinture d’iode concentrée sous l’ongle, …

 

Traitement de fond

Il ne suffit pas de se limiter à traiter les mycoses externes. Il faut aussi empêcher que la flore fongique (levures) devienne majoritaire dans l’intestin et les voies uro-génitales.

A noter que certains médecins prétendront détecter la présence excessive de Candida dans vos intestins en faisant une analyse d’excréments (coproculture). Cela paraît frappé au coin du bon sens, mais cela ne fonctionne pas. Il existe des mycoses cachées qui se développent au début de l’intestin grêle et qui ne sont plus détectables par une coproculture, parce que le pH de l’intestin (mesure d’acidité) est favorable aux levures au début, près de l’estomac, mais devient de plus en plus basique, ce qui fait disparaître les traces de Candida à l’expulsion des excréments, même si la candidose est très importante dans les voies intestinales supérieures.

Seule une analyse très spécialisée du sang ou d’urine permet de dépister la présence de métabolites d’origine fongique et de suspecter une infection cachée.

Trois mesures simultanées sont à prendre en considération pour rétablir un bon équilibre de votre microflore :

La première consiste à adopter un régime alimentaire exempt de sucre simples (saccharose, glucose, maltose, lactose) et de levure (pain, bière,etc.), mais riche en ail, oignons, échalotes et en crucifères (tous types de choux) et en huile d’olive. Consommer de la poudre de noix de coco riche en acide caprylique et boire des infusions de romarin, fenouil et gentiane. Proscrire les fromages moisis (à croute fleurie et les bleus).

La seconde mesure consiste à ensemencer le tube digestif avec une flore probiotique inhibitrice de la flore fongique. Certaines souches des genres Lactobacillus et Propionibacterium ont été sélectionnées sur ce critère d’inhibition de la flore fongique. Notons que pour être efficace il faut que ce probiotique en poudre soit dilué dans un verre d’eau tiède (30 à 35°C) et consommé le matin à jeun, au moins 1/4 d’heure avant de manger de la nourriture solide, afin que le probiotique puisse traverser rapidement votre estomac et aller directement dans l’intestin ; c’est-à-dire à un moment où votre pylore est encore ouvert (le pylore est la porte qui ferme l’estomac par le bas, pour que la nourriture solide y reste jusqu’à ce qu’elle soit complètement digérée). Le problème est que les probiotiques risqueraient d’être détruits dans l’estomac s’ils y séjournaient avec les aliments pendant la digestion, car ils ne pourraient pas supporter la très forte acidité du suc gastrique). Le temps nécessaire à la régénération d’une microflore fortement contaminée par Candida albicans est de l’ordre de 2 à 6 mois selon l’ancienneté de la mycose.

La troisième mesure est de consommer avant les repas de midi et du soir (et jamais en mélange avec les probiotiques), des extraits végétaux et des huiles essentielles ayant un caractère inhibiteur de la flore fongique. On peut citer les extraits de propolis, d’ail, de sarriette des montagnes, de pin sylvestre, de feuille d’olivier, de cannelle, de clou de girofle, d’arbre à thé, de thym, de pépin de pamplemousse, etc.) Ces derniers doivent être utilisés avec précaution car il s’agit de produits actifs pouvant provoquer à la longue l’irritation des muqueuses.

Il est toujours recommandé de faire appel à des conseillers et thérapeutes expérimentés avant d’entreprendre ce troisième mode de traitement.

Veuillez m’excuser de la longueur de ma lettre aujourd’hui, mais je tenais absolument à prendre le temps de décrire, en détail, un problème qui touche un bien plus grand nombre de personnes qu’on ne le suppose généralement. En fait, comme toutes ces maladies peu médiatiques dont on ne parle pas, la candidose est pourtant un facteur majeur de maladie dans notre société, et je pense que, si mon message circulait et qu’il était pris au sérieux, il pourrait effectivement épargner, dans les années à venir, des milliers de maladies parfois graves voire fatales.

Je vous remercie de votre patience et vous redis…

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Commenter cet article