OSTEOPOROSE primitive et OSTEOPOROSE secondaire (causée par les maladies chroniques par exemple)

Publié le par CYMONE

Bonjour

Aujourd’hui si j’aborde l’ostéoporose, c’est par ce qu’elle a de nombreuses origines et qu’elle peut être liée aux maladies chroniques intestinales, comme la Colopathie, le SII, les MICI (*HJ).

 

Par ailleurs en regard de l’enquête « Ostéoporose : un scandale digne du Médiator en approche » (*O) on se pose des questions ! Faut-il la considérer comme une maladie ou comme un effet naturel du vieillissement ? Lutter contre, avec des traitements moins efficaces que dangereux, est-ce vraiment raisonnable ?

 

Entre 1990 et fin 2009, j’ai eu un SII très sévère et en parallèle on m’a diagnostiqué une ostéopénie, elle aussi très sévère. [Voir le bilan ci-joint de toutes mes densitométries osseuses. Constat ostéoporose importante (-2.9 en 2015)]. (Petite parenthèse, mon généraliste m'ayant mesurée récemment m'a trouvé 2.5cm de plus que sur l'examen. Etrange erreur !)

Les causes ? Peut-être génétiques, peut-être naturelles, peut-être les effets secondaires de cette maladie chronique ? Peut-être une trop grande consommation de produits laitiers ! Non ce n’est pas une faute de frappe ! Depuis ma tendre enfance jusqu’en 2011 environ j’en ai consommé énormément. Et voilà le résultat! Ma décalcification osseuse est proportionnelle à la quantité de calcium laitier absorbée ! Les articles du Dr J-P POINSIGNON sur son blog le confirment (*JPP)

 

Suite à de grosses crises d’arthroses et d’importantes calcifications fixées aux articulations, mon rhumatologue, le Docteur Jean-Pierre POINSIGNON, m’a conseillé d’arrêter tous les produits laitiers quels qu’ils soient. Il m’a fallu 6 mois environ pour évacuer les toxines du lait et me sentir mieux. Entre temps j’ai même constaté que ma sphère ORL n’était plus enflammée, que mes angines, rhumes, sinusites et bronchites chroniques avaient disparues ! Véridique.

 

Fut un temps, un médecin m’avait prescrit du PROTELOS (*P) censé consolider mon ossature. J’en ai pris pendant un an, puis j’ai arrêté à cause des nombreux effets secondaires (nécroses des mâchoires, aphtes, etc.) et de son manque d’efficacité.

Tout comme vous peut-être, j’ai été une victime.

Médicalement parlant, les patients sont-ils manipulés par le système, tout comme les médecins se laissent séduire par les laboratoires pharmaceutiques ?

Médicalement parlant, n’oublions pas que notre structure est composée aussi de muscles et de tendons qui assurent notre solidité. Une ossature décalcifiée par l’âge est sans doute compensée par tous ces éléments qui la soutiennent !

 

Personnellement, si je continue de vivre comme si de rien n’était, c’est parce que je ne suis victime d’aucune chute anormale. Côté sport, notamment en ski alpin je fais quelques chutes mémorables, mais rien ne casse ! Pourquoi ?

Mon rhumatologue le Docteur Jean-Pierre POINSIGNON, me répond « Votre cas s’explique sans-doute par une très bonne élasticité. La densité c’est une chose, mais l’élasticité s’en est une autre ! »

Oui ce rhumatologue a un regard nouveau sur l’ostéoporose.

 

A nous patients atteints d’ostéoporose, notre entourage nous donne toutes sortes d’avertissements, comme celui de ne plus bouger, de ne plus avancer, ou alors avec milles précautions. Il faudrait presque ramper pour éviter les chutes ! A ceux qui conseillent l’inactivité, à ces vieux rabat-joies raides comme la justice et perclus de rhumatismes, à ces vieux chênes rabougris, devrais-je répondre comme le roseau de Jean De La Fontaine « Les vents me sont moins qu'à vous redoutables. Je plie, et ne romps pas ! » ?

Alors oui, je continue mes activités préférées ! Ai-je tort ? Mais ne dit-on pas cependant, qu’il faut se bouger, faire du sport, marcher, courir, pour conserver une bonne santé ?

 

Par ailleurs et pour éviter les dangereux « bisphosphonates » (*B), mon homéopathe m’a prescrit un traitement à base d’algue, la Padina pavonica pour fixer le calcium et bien sûr des compléments alimentaires alliant la vitamine D de l’huile de foie de flétan au calcium tiré des végétaux et des coquilles d’huitres.

 

Mais si j’en reviens aux traitements médicamenteux dangereux, destructeurs et parfois inutiles, qu’on se rassure ils ne le sont pas pour les laboratoires qui les produisent. Des scandales sanitaires il y en a eu, et il y en aura toujours, qu’on ne se fasse pas trop d’illusions ! A nous de nous protéger et de ne pas accepter n’importe quel traitement ; les effets secondaires sont d’ailleurs généralement inscrits dans les notices.

Oui, les scandales sanitaires dus à la prise de médicaments, sont fréquents, mais rares sont ceux qui nous avertissent. Me viennent quand même en mémoire : la merveilleuse pneumologue Irène Frachon (scandale du Médicament pour diabétiques : le Médiator des laboratoires Servier.) Ceux qui ont dénoncé le PROTELOS (médicament contre l’ostéoporose des laboratoires Servier). Le cardiologue Michel de Lorgeril qui a dénoncé les statines (médicament contre le cholestérol). Ceux qui ont dénoncé la Dépakine prescrite pour les épileptiques. Etc.

 

Mais aujourd’hui si j’aborde le sujet de l’ostéoporose avec sérénité c’est parce qu’un autre médecin nous soutient à son tour, il s’agit de mon rhumatologue Jean-Pierre POINSIGNON. Avec son nouveau livre « OSTEOPOROSE MYTHE OU REALITE » http://www.vivez-nature.com/osteoporose-mythe-ou-realite.html il dénonce les abus de traitements médicamenteux prescrits à des femmes mal diagnostiquées. Il dénonce le système qui privilégie la bonne santé des laboratoires pharmaceutiques à la bonne santé des patients. Il dénonce les conflits d’intérêts tant dans l’agroalimentaire que dans le médicament. Il dénonce les manipulations à tous les niveaux pour ne s’intéresser qu’à la bonne santé des patients.

 

Et que penser de l’examen médical « densitométrie osseuse » qui serait trompeur, affolant et au final aboutirait presque systématiquement à un traitement médicamenteux parfois indispensable, parfois dangereux, mais souvent abusif ? Qu’en penser puisque notre taux de calcium osseux est comparé à une norme ? Le mieux serait de faire une densitométrie osseuse avant-ménopause afin de la comparer avec l’après-ménopause ; les résultats de l’examen seraient plus fiables !

 

Oui, nous patients, ne savons plus sur quel pied danser. Mais avons-nous encore le droit de danser ?!

 

Avec toutes ces informations, je vous invite à faire votre propre jugement et à ne pas céder à la facilité, celle des grands lobbies industriels, celle des grandes chaines alimentaires, celle des laboratoires pharmaceutiques, qui généralement nous abreuvent de slogans mensongers. Nous n’y voyons que du feu surtout quand leurs intérêts passent avant le nôtre !

 

Bien cordialement

Cymone

 

(*HJ) https://professeur-joyeux.com/rhumatismes-et-osteoporose/

HJ/ Vous parlez de plusieurs formes d’ostéoporose. Quelles sont-elles ?

L’ostéoporose la plus connue est l’ostéoporose commune d’involution post ménopausique ou encore appelée ʺostéoporose primitiveʺ ce qui ne signifie que l’on ignore officiellement les causes. Les ostéoporoses secondaires sont celles dont les causes sont connues : certaines maladies endocriniennes, le diabète de type I, l’hyperthyroïdie, l’hyperparathyroïdie, le syndrome de Cushing, les insuffisances en hormones sexuelles comme l’hypogonadisme, certaines maladies gastro-entérologiques : les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI ou maladie cœliaque, maladie de Crohn, rectocolite, maladie des laxatifs..), les insuffisances rénales graves, certaines maladies du sang, les principales causes médicamenteuses sont liées à la cortisone, à la cyclosporine, aux anti-aromatases, à certaines chimiothérapies. Pour être complet, il faut citer les ostéoporoses d’immobilisation de plus de six mois et celle de la microgravité des cosmonautes.

 

(*O) http://www.dur-a-avaler.com/osteoporose-scandale-mediator-protelos-produits-laitiers/

Résumé de l’article: cette enquête étant particulièrement longue, en voici les points essentiels. L’ostéoporose est une maladie du squelette dont le diagnostic et le traitement ont été officiellement établi par l’OMS en 1994, par un groupe d’experts dont la moitié était en situation de conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. A partir de là, un marché énorme s’ouvre pour traiter un maximum de personnes pour ce simple facteur de risque. Les congrès internationaux sponsorisés par les firmes pharmaceutiques se multiplient, les molécules sont testées, évaluées et recommandées par les mêmes experts, qui sont fortement payés par ces firmes (consultants, conférenciers, conseillers, etc.) La situation est telle que des études sponsorisées par les laboratoires évitent de mentionner les effets indésirables graves des molécules. Les laboratoires se battent, et utilisent leur influence, pour obtenir les meilleurs taux de remboursement possible. Au final, les précédents scandales sanitaires risque de ce répéter, car la machine industrielle est parfaitement rodée. Accablant.

(*JPP) http://docteurpoinsignon.over-blog.fr/page/2

Ostéoporose : une courbe épidémiologique bizarre ! Lorsque l’on étudie le nombre de fractures du col du fémur d’une population âgée, qui est le reflet direct de l’ostéoporose, on s’aperçoit, avec surprise, que plus la consommation du calcium laitier est importante…. plus le nombre de fractures du col du fémur augmente.
La logique, basée sur l’observation des faits, montre que le calcium laitier ne protège pas de l’ostéoporose dans les pays occidentaux. Les Françaises qui ont mangé beaucoup de fromages, des yaourts, et d’autres produits de la vache laitière sont bien placées pour le savoir, puisque 50 % des femmes de plus de 65 ans présentent une ostéoporose…. Elles ont le sentiment d’avoir été trompées par le marketing des grandes marques de l’agroalimentaires et la passivité complice des médecins qui croient bien faire… en renforçant le discours commercial étatique : « Au moins trois produits laitiers par jour ».
Les choses ne sont, hélas, pas aussi simples.
S’il suffisait de consommer beaucoup de produits laitiers pour éviter l’ostéoporose, cela se saurait surtout en France, pays des 365 fromages.

(*P) http://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-gp1786-PROTELOS.html

Effets indésirables possibles du médicament PROTELOS

Fréquents (plus de 1 % des cas) : maux de tête, perte de mémoire, nausées, diarrhées, incontinence fécale, eczéma, irritation cutanée

Réaction allergique parfois grave (voir Attention), thrombose veineuse nécessitant l'arrêt du traitement, infarctus du myocarde.

Ont également été observés depuis la commercialisation : confusion des idées, insomnie, convulsions, fourmillements, étourdissement, vertiges, vomissements, digestion difficile, douleur abdominale, ballonnements, constipation, bouche sèche, irritation de la bouche, perte de cheveux, douleur musculaire ou articulaire, malaise, anomalie de la numération formule sanguine.

 

(*B) https://osteoporose.ooreka.fr/comprendre/medicament-osteoporose

Les bisphosphonates, qui sont les médicaments contre l'ostéoporose les plus régulièrement prescrits, entraînent de nombreux effets indésirables particulièrement dramatiques : ostéonécrose (nécrose de l'os) de la mâchoire ; fractures atypiques du fémur (en cas d'impact minime), en effet ces médicaments rendent les os plus denses et plus rigides mais ils finissent par nuire à leur qualité (plus ces traitements sont pris longtemps, plus le risque augmente) ; risque de cancer de l'œsophage doublé en cas de prise au long cours ; troubles digestifs (allant jusqu'aux ulcères) ; troubles rénaux (ce qui explique qu'ils soient contre-indiqués aux personnes ayant déjà des problèmes de reins) ; troubles cardiaques, notamment des fibrillations auriculaires et des arythmies ; inflammations oculaires (uvéite notamment) ; douleurs (parfois irréversibles) : musculaires, articulaires. Etc.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article