CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?

Publié le par CYMONE

CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?

CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?

Bonjour

Vous dormez bien ? Vous dormez peu, irrégulièrement, presque plus ? Vous avez perdu le sommeil et êtes sujet à des insomnies fréquentes ?

Pensez-vous que le manque de sommeil est à l’origine de beaucoup de maladies, dont la vôtre ?

Savez-vous si vos insomnies sont les conséquences ou les causes (effets secondaires) de votre maladie ?

L’article de SANTE-NUTRITION ci-après, cite 6 maladies que le manque de sommeil pourrait causer. Parmi elles, on trouve les colites ulcéreuses et la maladie de Crohn.

Femme ou homme, âge et poids semblent aussi changer la donne, tout comme le fait de fumer ou boire, etc, etc.

En conséquence j’ai bien peur que l’on accuse un peu trop souvent l’insomnie d’être responsable de tous les maux. Ce serait un peu comme la psychosomatique que l’on met à toutes les sauces. (Insomnies et maladies psychiques ont certains points communs d’ailleurs)

Souvenez-vous, (mais aujourd’hui c’est moins fréquent) pour les maladies chroniques de l’intestin, les médecins ne trouvant pas les causes, concluaient souvent ainsi : « c’est psychosomatique !». Or le commentaire ci-après, prouverait aussi l’inverse.

Dr POINSIGNON : « En effet la communication ne va pas simplement du « psy » (psyché : esprit en grec) au « somatique » (soma : « corps » en grec). Mais il existe également dans l’autre sens du « somatique » au « psy » ! Le terme « psychosomatique » a été trop galvaudé et semble n’avoir pas été pris très au sérieux par les scientifiques. » (Voire mon livre « COLOPATHIE : c’est psychosomatique ?! »

Pour mémoire, lorsque j’étais colopathe, j’avais du mal à trouver le sommeil, à cause des douleurs et du mauvais fonctionnement de mes intestins. Et lorsqu’enfin je dormais, c’était une diarrhée qui me réveillait brutalement et m’expédiait aux toilettes en pleine nuit ! Comment ne pas perdre le sommeil dans ces conditions ?

Lorsque j’ai été guérie, fin 2009, j’ai retrouvé petit à petit un sommeil naturel souvent entrecoupé. Au jour d’aujourd’hui je ne suis pas véritablement satisfaite de mes nuits (6 ou 7 heures de sommeil au grand maximum.) Et pourtant je n’ai pas rechuté, puisque ma maladie n’était pas due à l’insomnie, mais au polymétallisme en bouche. Seules mes prothèses dentaires étaient en cause !

Comme quoi rien n’est sûr, surtout si les médecins et nous même inversont les causes et les conséquences !

Bonne lecture et bons commentaires.

(Ceux de Santé Nutrition commencent par SN, les miens commencent par ©

Cymone

SANTE NUTRITION

6 maladies que votre manque de sommeil pourrait causer

17 août 2015

Le sommeil, tout en étant l’une des choses les plus heureuses et relaxantes que nous faisons pour survivre, est aussi l’une des plus essentielles. Lorsque nous fermons les yeux pendant ces quelques heures chaque nuit, nous donnons à notre corps la chance de se ressourcer après tous le stress de la journée précédente. Des millions de processus se produisent pendant que vous dormez, aidant le cerveau à effectuer des choses pour la mémoire, tandis que les cellules vont travailler à la régénération et la réparation des tissus qui ont été endommagés pendant que nous étions éveillés.

Lorsque nous ne dormons pas, cependant, rien de tout cela n’a de chance de se produire. Non seulement nous nous réveillons en se sentant grincheux le lendemain et avons des difficultés à se concentrer, mais de longues périodes de privation de sommeil peuvent avoir des conséquences graves sur notre santé. En fait, de nombreuses recherches ont été menées sur ce qui arrive exactement à différentes parties du corps si nous ne avons pas nos huit heures chaque nuit.

© Oui le sommeil est essentiel et l’on dit tout et son contraire sur le manque de sommeil. Est-il la conséquence de maladies ou la cause de certaines maladies ? Si l’on juge selon les articles de SANTE FIGARO et SANTE MEDECINE JOURNAL DES FEMMES, il en ressort que l’insomnie est souvent dû à des douleurs. Il peut être d’ordre psychologique, ou toxique

L’insomnie est néfaste en ce qui concerne la vitalité, les fonctions cognitives

Cependant, dans les 2 articles ci-après, je lis peu de choses sur les maladies citées par SANTE-NUTRITION et je ne sais ce qu’il faut en conclure.

Par ailleurs, la plupart des articles sur l’insomnie citent des conséquences identiques : irritabilité, troubles cognitifs, troubles de déficit de l'attention / hyperactivité (TDAH) Mais aussi trous et perte de mémoire (liens avec la maladie d’Alzheimer ?) altération du jugement, bâillements, hallucinations, système immunitaire déficient (est-ce la porte ouverte à des maladies ou infections ? certainement) Risques cardiaques et tremblements sont aussi au programme !

Quand au nombre d’heures de sommeil, il semble qu’il varie selon l’âge et qu’en vieillissant il pourrait légèrement baisser sans pour autant être trop inquiétant.

CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?

SANTE LE FIGARO :

Voire :http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/10/12/19280-sommeil-enjeu-majeur-sante-publique

D'où viennent ces troubles du sommeil? «Les causes en sont multiples, explique le Pr Damien Léger, qui dirige le centre du sommeil et de la vigilance de l'Hôtel-Dieu, à Paris, et préside l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). Elles peuvent être médicales, consécutives à des douleurs, des troubles endocriniens ou neurologiques. Elles peuvent être d'ordre psychologique chez des personnes trop anxieuses, ou simplement d'ordre toxique avec le tabagisme, la consommation de café, d'alcool ou les effets secondaires de certains médicaments. Elles peuvent enfin provenir du surmenage et des vicissitudes du quotidien.»

Un vrai gage de santé : «La privation de sommeil agit aussi sur les performances physiques et cognitives, précise le Pr Léger. Elle s'accompagne d'une fatigue musculaire, de troubles immunitaires, perturbe l'équilibre psychologique et altère les capacités cognitives comme la mémoire, le raisonnement, le vocabulaire et la fluidité du langage. Sans oublier qu'elle accroît le risque de dépression.» Dormir est donc un vrai gage de santé…

Pour l'heure, les traitements consistent à recourir aux somnifères, dont les Français figurent parmi les plus gros consommateurs (14 % d'entre eux en prennent contre 6 % des Européens). Or ces pilules, ne seraient pas dénuées d'effets nocifs. Ainsi, selon une étude récente de l'Inserm, la consommation régulière de benzodiazépines ou apparentés augmenterait le risque de développer une maladie d'Alzheimer. «Mais d'autres remèdes ont fait leur preuve, comme les thérapies comportementales, qui demandent plus d'effort et de discipline mais assurent de meilleurs résultats à long terme», affirme le Pr Léger. Et parfois, il suffit simplement d'appliquer quelques conseils de bon sens pour une meilleure hygiène de vie, tant la qualité du sommeil est indissociable de la qualité de la vie… éveillé.

CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?
CAUSE ou CONSEQUENCE ? Quelle est l’origine véritable de votre maladie chronique ?

SANTE MEDECINE JOURNAL DES FEMMES

Sur le site :http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/1398-insomnie-causes-symptomes-et-traitement Causes

Les causes de l'insomnie sont nombreuses. L'interrogatoire du patient et de son conjoint permet dans la grande majorité des cas de déterminer l'origine de l'insomnie.

Causes psychologiques

Maladies du sommeil

Environnement et mode de vie

Maladies

De nombreuses pathologies peuvent entraîner des troubles du sommeil et provoquer des épisodes d'insomnies plus ou moins fréquentes.

Symptômes

Les symptômes d'une insomnie sont des difficultés à s'endormir, un sommeil léger et irrégulier, des réveils nocturnes, des difficultés à se rendormir, une impossibilité de dormir plus de 3 ou 4 heures, ainsi que des cauchemars ou des idées noires...

Conséquences

Les conséquences d'une insomnie sont notamment une fatigue au réveil… Une dépression peut parfois s'installer.

Traitement

Plusieurs médicaments … parmi lesquels les somnifères hypnotiques et les anxiolytiques.
….

Homéopathie et plantes

… D'autres techniques comme la relaxation, le yoga ou l'hypnose peuvent être d'une aide précieuse lors d'épisodes d'insomnie.

SN

1. Maladie d’Alzheimer

Une étude 2013 menée par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins a constaté que le manque de sommeil peut aussi être une cause de la maladie d’Alzheimer et impact la vitesse de la progression de la maladie. L’étude a été menée sur la base de la recherche précédente qui a découvert le sommeil est nécessaire au cerveau pour se débarrasser des « déchets cérébraux », ou l’accumulation des toxines pouvant s’accumuler et causer la démence.

© « Déchets cérébraux, ou l’accumulation des toxines » S’il s’agit de se débarrasser des métaux, ce serait je crois difficile lorsque l’individu n’a pas en lui, les mécanismes de détoxification(*) tant ils s’accrochent et tant on en découvre chez ceux qui ont Alzheimer.

Voire article extrait de ce site : http://www.non-au-mercure-dentaire.org/maladies-neurodegeneratives.php Maladie d’Alzheimer :

...se préoccuper enfin des causes !

Nous pensons qu’il est primordial de tout mettre en œuvre pour appréhender l’étiologie de cette maladie afin de la prévenir, en recherchant les substances toxiques contribuant au développement de cette terrible pathologie.
Parmi les toxiques pouvant être incriminés (aluminium, plomb, mercure…), le mercure des amalgames dentaires apparaît être un des meilleurs candidats : de très nombreuses études scientifiques, publiées dans d’excellentes revues à comité de lecture, constituent en effet un important faisceau de présomptions. Rappelons ici que les amalgames contiennent environ 50% de mercure, dont une partie non négligeable s’échappe sous forme de vapeurs qui seront inhalées, entraînant au final l’accumulation de mercure dans le système nerveux central dont le cerveau

SN L’étude a été conduite sur 70 adultes de 53 à 91 ans. Les chercheurs ont constaté que ceux qui ont déclaré avoir un mauvais sommeil chaque nuit ont montré une plus grande quantité de dépôt de bêta-amyloïde dans leur cerveau sur les TEP. Ce composé est connu pour être un marqueur irréfutable de la maladie d’Alzheimer, conduisant les chercheurs à conclure que le manque de sommeil empêche le cerveau de se débarrasser de cette forme de « déchets cérébraux. »

Source: Spira AP, Gamaldo AA, An Y, et al. Self-reported Sleep and β-Amyloid Deposition in Community-Dwelling Older Adults. JAMA Neurology. 2013.

© La protéine bêta-amyloïde (**) serait déposée dans le cerveau par l’intermédiaire du mercure (pollution des aliments, de l’air, de l’eau et essentiellement celle de nos amalgames dentaires)

On pourrait donc dire : les métaux nocifs peuvent causer des maladies neurodégénératives et des insomnies !

Voire article extrait de ce site : http://www.non-au-mercure-dentaire.org/maladies-neurodegeneratives.php Maladie d’Alzheimer :

Ces études mettent en évidence que :

  • …Le cerveau et le sang des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer contiennent plus de mercure inorganique que ceux des personnes non atteintes.
  • (**)L’exposition à de faibles doses de mercure élémentaire entraîne dans le cerveau un ensemble de perturbations cellulaires caractéristiques du syndrome Alzheimer : les 3 marqueurs de cette pathologie (accumulation de protéine béta-amyloïde, hyperphosphorylation de la protéine Tau et formation d’amas de neurofibrilles) sont clairement identifiables.
  • Les vapeurs de mercure inhalées remontent par la voie olfactive jusqu’au bulbe olfactif où de grandes quantités de mercure s’accumulent, entraînant des déficits olfactifs. Or, la perte de l’odorat est souvent observée chez les malades d’Alzheimer, et est même considérée comme une aide au dépistage précoce de cette pathologie.
  • (*)Tous les porteurs d’amalgames sont exposés aux vapeurs de mercure, mais seules les personnes possédant des mécanismes de détoxication peu efficaces ont un risque élevé de développer la pathologie. Ces mécanismes sont sous dépendance génétique ; en particulier, il s’agit des gènes de l’apolipoprotéine E, molécule impliquée dans l’élimination du mercure stocké dans le cerveau.



Il existe donc une forte probabilité pour que le mercure des amalgames soit un facteur étiologique majeur de la maladie d’Alzheimer (et des autres pathologies neurodégénératives), ce qui ne signifie pas que d’autres facteurs environnementaux ne puissent être aussi incriminés, la MA étant une maladie multifactorielle.

SN 2. Diabète et obésité

Le diabète a longtemps été lié à un mauvais sommeil, mais une étude récente menée par des chercheurs de l’Université de Chicago a révélé comment un mauvais sommeil peut potentiellement causer l’obésité

3. Maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires ont été liées à un mauvais sommeil depuis un certain temps maintenant… les chercheurs ont constaté que près des deux tiers de ceux qui ont eu une crise cardiaque ont également un trouble du sommeil.

Qui plus est, les hommes qui se plaignaient de troubles du sommeil ont également 2,6 fois plus de risques d’infarctus du myocarde, une attaque cardiaque qui survient lorsque le muscle cardiaque meurt, et un risque de 1,5 à 4 fois plus élevé d’AVC.

© Et si l’insomnie n’était pas toujours mise en cause ? Et si au contraire elle n’était qu’un effet secondaire de toutes ces maladies ?

SN 4. Suicide

Cela peut être choquant, mais des recherches récentes menées en 2014 ont trouvé un lien entre l’augmentation des cas de suicide chez les adultes et les troubles du sommeil, indépendamment du passé dépressif … les chercheurs ont conclu que ceux qui éprouvaient régulièrement des difficultés à dormir étaient 1,4 fois plus susceptibles de se suicider…

© Le suicide ne serait-il pas une conséquence d’un profond mal-être impossible à évacuer de jour comme de nuit ? D’où des insomnies fréquentes? D’où l’envie d’en finir avec une vie faite de souffrances psychiques constantes ? Là encore, l’insomnie ne serait pas une cause, mais plutôt une conséquence. A voir !

SN 5. Colite ulcéreuse

La colite ulcéreuse, une maladie inflammatoire de l’intestin marquée par des ulcères dans la paroi de votre tube digestif, ainsi que la maladie de Crohn peut être produit à la fois par la privation de sommeil et l’excès de sommeil, selon une étude de 2014. Des chercheurs de l’Hôpital général du Massachusetts ont découvert qu’une bonne quantité de sommeil est nécessaire pour freiner les réponses de l’inflammation dans le système digestif qui conduisent souvent à ces deux maladies.

Après avoir étudié les femmes inscrites dans les études sur la santé des infirmières (NHS) depuis 1976 et NHS II depuis 1989, les chercheurs ont constaté que les risques de colite ulcéreuse ont augmenté quand le temps de sommeil était de six heures ou moins. Alternativement, les chercheurs ont également constaté que plus de neuf heures de sommeil augmentait les risques aussi, ce qui suggère que le seuil pour arrêter l’inflammation digestive est une fenêtre très étroite qui nécessite juste la bonne quantité de sommeil. Bien que cette réponse ait été trouvée seulement chez les femmes adultes, les plus grandes chances de développer la colite ulcéreuse en ayant peu de sommeil existait en dépit d’autres facteurs comme l’âge, le poids et les habitudes comme fumer et boire.

© On se mord la queue ! On tourne en rond ! On ne sait plus par quel bout commencer !

Si l’on reprend le texte (voir au début) de SANTE-NUTRITION : « Des millions de processus se produisent pendant que vous dormez, aidant le cerveau à effectuer des choses pour la mémoire, tandis que les cellules vont travailler à la régénération et la réparation des tissus qui ont été endommagés pendant que nous étions éveillés. » on se dit que cette théorie de « l’insomnie responsable de tous les maux » devrait être ré-analysée. Car des intestins douloureux et enflammés, qui fonctionnent mal de jour comme de nuit, ne peuvent qu’entrainer un manque de sommeil la nuit, et des assoupissements le jour.

Un sommeil bien équilibré pourrait réparer certains dommages causés par la maladie de Crohn, certes, mais ce ne serait pas suffisant apparemment. Dans ce cas le sommeil réparateur devrait être provoqué artificiellement par des somnifères ; mais les somnifères (qui font partie de la famille des psychotropes) démolissent souvent les intestins lorsqu’ils sont trop puissants et prescrits à fortes doses. Oui le mieux serait de retrouver un sommeil naturel, mais c’est impossible lorsqu’on souffre de milles maux !

On tourne en rond !

SN 6. Cancer de la prostate

Dans une étude de 2013 publiée dans la revue Cancer Epidemology, Biomarkers and Prevention, les chercheurs ont constaté une augmentation de l’incidence et de la gravité du cancer de la prostate chez les patients ayant des problèmes de sommeil. Après avoir suivi 2425 hommes islandais âgé de 67 à 96 ans pendant trois à sept ans, les chercheurs ont découvert que le risque de développer un cancer de la prostate a augmenté de 60% chez les hommes qui avaient du mal à s’endormir. Ce nombre a doublé chez les hommes qui ont déclaré avoir de la difficulté à rester endormi. Qui plus est, ceux qui ont connu des problèmes de sommeil étaient également plus susceptibles d’avoir des stades ultérieurs du cancer de la prostate.

Les chercheurs de l’étude attribuent ce lien à la mélatonine, une hormone connue pour réguler le sommeil. Il a été établi précédemment que des niveaux plus élevés de mélatonine supprimaient la croissance tumorale, tandis que les niveaux de mélatonine chez ceux exposés à trop de lumière artificielle (une cause connue de la privation de sommeil) ont eu une croissance de la tumeur plus agressive.

Source : Medical Daily

© Que dire à ce sujet ?

L’INSERM dit sur son site : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/4820/?sequence=74 « Étiologie et facteurs de risque L’étiologie du cancer de la prostate reste encore mal comprise. Cependant, il ne fait aucun doute que la survenue de la maladie est la résultante complexe d’interactions entre des facteurs génétiques de susceptibilité, hormonaux et environnementaux (Grönberg, 2003 ; Bostwick et coll., 2004) »

« L’une des questions fortement débattue à propos de la survenue des cancers en général et de celui de la prostate en particulier est celle de la part contributive de l’environnement chimique généré par l’activité humaine. Celle-ci s’est fortement développée tant sur le plan industriel qu’agricole au cours du 20e siècle, coïncidant avec une amélioration de l’état sanitaire des populations mais également avec l’augmentation de l’incidence des pathologies tumorales et en particulier du cancer de la prostate. Mais corrélation ne veut pas dire causalité.»

© Là encore, l’insomnie est elle une cause, ou une conséquence de la maladie qui vous tient éveillé ?

© Les origines de nos maladies ne sont pas faciles à détecter, mais si l’on pratique la médecine étiologique (recherche des causes) on est certain de prendre les choses par le bon bout et de ne pas se tromper de chemin. N’oublions pas que parmi les responsables on peut aussi accuser les métaux. Nocifs, ils seraient à l’origine de bien des maladies, et ces maladies seraient la cause d’insomnies fréquentes !

Dans l’actualité, sur France-3 on peut lire ceci :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/segolene-royal-accable-manuel-valls-pour-la-pollution-aux-boues-rouges-dans-les-calanques-1076779.html

Une usine d'Altéa, spécialisée dans la production d’alumine - qui sert à fabriquer de l’aluminium -, déverse 50% de sa production dans la mer depuis près de cinquante ans. Ces "boues rouges", chargées en mercure et en métaux lourds, se retrouve ainsi par plusieurs centaines de mètres de fond dans la Méditerranée.

©Est-ce un autre scandale « MINAMATA » ? L’histoire le dira ! Et pourtant au Japon, on en connait toutes les conséquences sur la santé, surtout lorsque l’on consomme des poissons pollués qui vont perturber gravement nos organismes et par la même occasion nous empêcher de dormir !

Commenter cet article