ALERTE AU MERCURE. Alerte aux métaux lourds et aux amalgames dentaires

Publié le par CYMONE

~~ALERTE AU MERCURE

Bonjour

Ex-victime du polymétallisme en bouche et en l’occurrence du mercure, j’ai regardé avec attention le documentaire diffusé sur la 5 à la télé. J’ai noté tout ce qui a été dit au sujet des amalgames en bouche et des métaux lourds. Ils seraient à l’origine des maladies chroniques que nous subissons pour la simple et bonne raison qu’en France l’ordre des chirurgiens dentiste refuse de reconnaitre réellement la nocivité des métaux et notamment celle du mercure.

C’est grave parce que la France détient le record des importations européennes de Mercure ! Et c’est d’autant plus inquiétant que d’autres pays européens, comme la Norvège par exemple, ont cessé l’utilisation des amalgames contenant du mercure parce qu’il est excessivement nocif pour la santé.

Alors pourquoi cet archaïsme chez les français ? Sans doute pour des raisons financières, pour la protection de grands lobbys industriels, ou pour d’autres raisons qui nous échappent car apparemment tout le monde n’est pas du même avis.

Moi qui ai souffert pendant 20 ans d’une colopathie, très sévère, due aux métaux lourds j’analyse la situation de cette façon:

- Pourquoi les malades ignorent la cause de leurs symptômes chroniques ? Tout simplement parce que en France,…Lire la suite sur : http://colopathie-fonctionnelle-sii.blogspot.com Quand le blog s’ouvre, aller dans RECHERCHE. Ecrire une partie du titre, ou simplement la date. Cliquer sur l’article que vous recherchiez.

dans le cursus universitaire des étudiants en médecine, les métaux lourds ne sont pas abordés contrairement à d’autres pays. Les médecins qui nous soignent ne s’aventurent donc que très rarement sur cette piste. Et puis il faut rajouter, que les métaux agissent en traitres, leur nocivité est si sournoise qu’on est loin de les soupçonner, on préfère dire « c’est psychosomatique ou peut-être génétique ! »

- Où se situe la CPAM dans toutes ces aberrations, quand elle croit faire des économies de soins, (pour traiter les caries dentaires), avec la pose d’amalgames et quand on constate les dégâts provoqués sur la santé?

- Si les dentistes ne travaillent qu’à court terme, et ne s’inquiètent pas des maladies chroniques graves qui se développeront plus tard chez leurs patients, on va dans le mauvais sens ! C’est une véritable catastrophe sanitaire.

La CPAM est doublement perdante ! Elle doit rembourser dans un premier temps des soins dentaires et dans un deuxième temps des soins très lourds comportant les traitements médicaux, les hospitalisations, les arrêts maladie des malades victimes du mercure et des autres métaux. Le coût global serait nettement moins lourd si elle remboursait simplement des composites ou des résines, certes 4 fois plus chers mais moins dangereux que les amalgames dentaires et surtout sans grand danger. Moins les français seront malades, moins on creusera le déficit de la CPAM.

Quand aux malades victimes des métaux lourds, qui s’en inquiète réellement en France ? Quelques médecins et praticien consciencieux, certes, mais ils ne sont pas assez nombreux pour nous soutenir et faire cesser cette mascarade.

A qui rapporte le crime ? Vous le saurez peut-être en regardant le documentaire (qui n’est pas du tout excessif comme on aimerait nous le faire croire) ou en lisant ce compte-rendu que je viens de réaliser en notant scrupuleusement les propos tenus dans ce documentaire. Avec toute mon empathie pour les éventuelles victimes de ces erreurs médicales.

A vous de juger.

Bonne lecture et bonnes critiques.

Cymone

Documentaire réalisé par Sophie BONNET EN 2015

Une Enquête au long cours sur l’utilisation du mercure, ce métal liquide hautement toxique, par les industriels malgré les mises en garde de l’OMS.

CENTRE DE SANTE Les Plombages contiennent 50% de mercure

CENTRE DENTAIRE EN PICARDIE C’est Mme le Docteur Rodriguez qui reçoit Sophie Bonnet et son caméraman. Une patiente prénommée Caroline, consulte pour 2 caries dentaires. Le Dr Rodriguez lui propose soit le composite sans mercure, soit l’amalgame avec mercure. Un peu plus tard, le Docteur Rodriguez prépare une petite capsule contenant 1 g de mercure pure. Pour le patient c’est 4 fois moins cher que le composite.

Le Docteur Rodriguez dit à Sophie BONNET qu’il n’y a pas de problème pour lui présenter la notice, cependant elle ne la trouve plus. Elle finit par apporter la boite qui contient les capsules d’amalgames.

Sur le couvercle figure le pictogramme avec une tête de mort ! Ca inquiète vraiment Sophie Bonet. L’assistante du dentiste intervient en précisant que lorsque l’amalgame a durci, il est beaucoup moins toxique qu’auparavant.

Ces amalgames sont fabriqués par un industriel installé dans la région parisienne, au beau milieu d’habitations ! Cet industriel précise à Sophie BONNET qu’il ne veut surtout pas que le nom de la commune soit cité dans le documentaire pour ne pas inquiéter la population sur le fait qu’il travaille avec du mercure.

Le hangar est banalisé par l’absence de plaque à l’entrée. L’entreprise tient à rester incognito. A l’intérieur, Sophie BONNET pénètre dans un entrepôt où elle sent qu’elle n’est pas la bienvenue ! On lui précise aussi qu’ici, les femmes enceintes sont interdites d’accès.

- Du point de vue de la réglementation, je ne peux pas, précise l’industriel.

- Vous n’avez pas de femmes qui y travaillent ? demande Sophie BONNET

- Si, mais elles ne sont pas enceintes !

- Et si elles vous annoncent au bout de deux mois qu’elles sont enceintes, cela pose un problème ? demande Sophie BONNET

- Je m’arrange pour embaucher des gens qui ont passé l’âge. On évite d’embaucher des femmes en âge de procréer, et on préfère le cacher aux riverains.

A aucun moment le caméraman ne peut voir le mercure. Il filme simplement les capsules, mais n’obtient pas d’information sur leur toxicité.

Malgré tout, sur les fiches on peut lire :

- H330 : Mortel par inhalation - H 360D : Peut nuire au fœtus

- H372 : Risque avéré d’effets graves pour les organes à la suite d’exposition… et d’une exposition prolongée.

PHASE R

61 : Risques pendant la grossesse d’effets néfastes

26 : Egalement très toxique par inhalation.

48/23 : Egalement toxique : risque d’effets graves pour la santé en cas d’exposition…

PHASE S

53/ Eviter l’exposition. Se procurer des instructions spéciales avant l’utilisation…

45 : En cas d’accident ou de malaise, consulter immédiatement un médecin…

En 2011, un rapport d’experts du conseil de l’Europe déconseille la pose d’amalgames dentaires, particulièrement chez les femmes enceintes et les enfants.

Centre dentaire pour enfants à Paris.

Sophie BONNET et son caméraman doivent assister à une pose d’amalgame.

- A notre arrivée, curieusement le programme a changé ! dit Sophie BONNET

- Aujourd’hui, il n’y a pas de pose d’amalgame, dit le chirurgien C’est compliqué, parce que c’est vraiment un sujet de polémique l’amalgame. Là, vous vous attaquez à quelque chose de…

En plus au niveau de l’organisation mondiale de la santé, chez la femme enceinte et l’enfant, c’est NON ! Pas d’amalgame !

- Vous en posez par exemple dans quel cas ? demande Sophie BONNET.

- Cela peut arriver chez les enfants qui ont plusieurs caries.

- Et ça vous ennuie de l’expliquer ? demande Sophie BONNET

- Oui, franchement oui ! répond le chirurgien.

L’équipe soignante semble très mal à l’aise. Visiblement ils en posent sur certains enfants, mais ne souhaitent pas le montrer.

Est-ce propre à la France ? Que se passe-t-il chez nos voisins ?

Nous nous rendons en Allemagne, à quelques km de la frontière française. C’est un docteur qui nous reçoit. Un patient doit faire le choix entre un amalgame et le composite.

- Ici, selon la loi, avant de débuter les soins on informe le patient des avantages et des dangers des matériaux utilisés, dit le Dr

Après un délai d’une semaine, le patient en question choisit le composite et il signe son accord.

- Dans le composite, pas de mercure, dit le Docteur Il ne pose plus d’amalgames depuis plus de 10 ans.

- Vous pensez que c’est dangereux de poser des amalgames ? demande Sophie BONNET

- On sait que le mercure passe dans le sang, dans le corps, dans les organes vitaux, répond le Docteur. C’est quand même une petite pollution !

Suite à de nombreuses plaintes de malades, la loi allemande prévoit que les dentistes doivent avertir leurs patients du risque présenté par les amalgames. Le dentiste qui omet ou minimise cette obligation d’information s’expose à en subir les conséquences légales.

En France. Environ ¼ des caries seraient encore soignées par amalgames. Pourquoi les dentistes font-ils ce choix ?

Rendez-vous avec Christian COUZINOU le président qui dirige l’ordre des chirurgiens dentistes.

C’est un fervent défenseur de ce matériau.

- Le mercure est toxique quand il est lié à l’argent, dit le président.

- Si nous avons 5 plombages en bouche, qu’elle est la libération de mercure ? demande Sophie BONNET.

- Je ne sais pas madame ! Mais je vais vous dire, j’ai une dizaine de d’amalgames en bouche depuis l’âge de 10 ans. J’ai 71 ans. J’ai manipulé de l’amalgame toute ma vie. Ca fait 46 ans que j’exerce. Eh, bon je crois que je suis quand même en bonne santé, Non ?

Selon l’ordre des dentistes, le mercure dégagerait donc très peu de vapeur toxique dans la bouche des patients. Est-ce vraiment le cas ?

Vérification à Orléans dans un cabinet dentaire dirigé par le docteur Isabelle Moatty.

A l’aide d’un détecteur de métaux, le Dr fait des analyses sur 5 patients pour connaitre les taux de mercure exprimés en microgrammes (µg) :

Philippe à 4 amalgames dégageant au repos 7 µg de mercure et après mastication d’un chewing-gum, 47 µg

Kevin à 6 amalgames dégageant au repos 12 µg de mercure et après mastication d’un chewing-gum, 80 µg

Romuald à 7 amalgames dégageant au repos 7 µg de mercure et après mastication d’un chewing-gum, 67 µg

Guillemette à 7 amalgames dégageant au repos 8 µg de mercure et après mastication d’un chewing-gum, 48 µg

Françoise à 14 amalgames dégageant au repos 60 µg de mercure et après mastication d’un chewing-gum, 90 µg

Officiellement les amalgames ne sont pas stables. Et la dose maximum autorisée serait d’1 µg dans l’air ambiant.

- On ingurgite, on avale des mini-doses tous les jours ! dit le docteur Isabelle Moatty.

Les amalgames sont posés tout près du cerveau. Le mercure va-t-il s’accumuler dans cet organe vital ? Les scientifiques ont fait une découverte alarmante. En 2006 des autopsies ont été pratiquées sur 3 personnes.

Les quantités de mercure en microgramme (µg) par kg sont les suivantes :

- 3 amalgames : 40 µg

- 8 amalgames : 180 µg

- 12 amalgames : 400 µg

On constate que plus il y a d’amalgames dans la bouche, plus les quantités de mercure sont importantes dans leur cerveau.

Quelles sont les effets sur leur santé ?

De nombreuses études réalisées, n’arrivent cependant pas aux mêmes conclusions. Cependant de fortes suspicions existent pour la SEP ou Sclérose En Plaques et pour la maladie d’Alzheimer. De plus en plus de malades font le lien entre leurs troubles et une intoxication au mercure.

A côté d’Orléans, nous rencontrons Liliane Girard, une retraitée de 67 ans en pleine santé. Pourtant il y a 2 ans elle était incapable de se déplacer. - Tout était fatiguant, dit Liliane Girard, jambes lourdes, bras lourds, tête vide… Monter les escaliers pour me rendre au 1er étage, était très compliqué. C’est mon mari qui m’aidait à monter. C’était très douloureux. Mon cœur s’emballait. Je crois que j’aurais ouvert la fenêtre…et puis voilà. Je n’en pouvais plus.

Pendant 10 ans Liliane Girard multiplie en vain les examens médicaux. Un jour elle tombe sur un ouvrage traitant des intoxications chroniques aux métaux lourds. Elle fait le lien avec tous ses symptômes, et dit « je crois que j’ai une piste ! » En France, ces intoxications ne sont pas reconnues par les pouvoirs publics.

Liliane Girard part faire des analyses en Belgique. Résultat, ses taux de métaux lourds exprimés en µg /g Sont très élevés : - Bismuth : Norme <0.15 Tau : 0.922 - Cadmium : Norme <0.80 Tau : 1.5 - Plomb: Norme <5 Tau : 33.05 - Mercure : Norme <1 Tau : 25.716 Liliane Girard qui a 7 amalgames dans la bouche, dit - J’étais heureuse de savoir ce que j’avais, et que ça n’était pas dans ma tête ! J’ai bien des problèmes de santé.

Elle se rend chaque mois en Belgique pour des chélations. Rien n’est pris en charge par la CPAM. En 3 ans elle dépense 15 000€. Depuis peu elle est désormais soignée par le Dr Marie-Christine Boutrais, médecin hospitalier du CHU d’Orléans. Ce Docteur dit que les chélations sont fréquentes en Belgique, en Allemagne et en Hollande, mais pas en France.

Depuis peu le CHU d’Orléans fait figure de pionnier en France.

Le Docteur dit « j’ai découvert que les intoxications chroniques aux métaux lourds existaient. Je ne savais même pas ! Même pas que ça pouvait avoir lieu ! Les intoxications chroniques aux métaux lourds ne sont pas enseignées dans les facultés de médecine française.»

Liliane Girard part donc se faire soigner à l’étranger en attendant de pouvoir être soignée en France à Orléans. Elle reçoit par perfusion, une substance qui fixe les métaux lourds et les élimine par les urines.

En attendant le Dr Marie-Christine Boutrais, n’abandonne pas sa patiente Liliane Girard. Elle la suit de près et constate :

- Au bout de 7 à 8 chélations c’était miraculeux. Ca ma conforté dans l’idée que je devais me former.

Le Dr Marie-Christine Boutrais, se forme donc aux Pays-Bas. Et en mars 2014, l’hôpital d’Orléans peut enfin commencer les chélations.

A ce jour, une vingtaine de patients sont suivis. Clarisse est la première.

Ses chélations ont commencé il y a 6 mois. Ses dernières analyses sont encourageantes. L’intoxication au mercure date de son enfance, vers 6 ou 7 ans. 6 Amalgames posés dans un espace temps d’environ 1 an, mais pas d’incidence immédiate. Puis sa santé s’est dégradée vers 14 ou 15 ans : fatigue, douleurs intenses dans tout le corps. Besoin de sommeil très intense, jusqu’à 18 heures par jour !

Alertée par ces symptômes, le Dr Marie-Christine Boutrais teste son taux de mercure ; 62 µg de forte intoxication au mercure.

En plus de la chélation des métaux, Clarisse a donc fait retirer ses amalgames qui contenaient du mercure. L’amélioration est nette : moins de douleurs.

- Chaque personne réagit différemment, dit le Dr Marie-Christine Boutrais. Tout le monde ne développe pas de signes d’intoxications chroniques.

Pour le moment, l’hôpital d’Orléans est le seul en France à pratiquer le chélation des métaux lourds.

Nous retrouvons le Dr Isabelle Moatty Du cabinet dentaire d’Orléans Elle retire 2 amalgames à une patiente. Elle le fait selon un protocole très sérieux et très précis :

Pour le patient, ce sont des vêtements de protection et c’est une charlotte pour couvrir les cheveux qui absorbent facilement les métaux. C’est aussi l’absorption d’une solution au charbon, et la pose d’un masque au charbon sur le nez. Une paroi de silicone autour de la dent en question évite la dispersion des poussières occasionnées par le fraisage de l’amalgame. Aspiration des poussières avec un extracteur etc.

Pour le Dr Isabelle : c’est une tenue vestimentaire complète de protection et un masque au charbon protégeant le nez et la bouche.

Les amalgames sont donc extraits, puis déposés dans une boite hermétique afin de faciliter leur évacuation tout en protégeant l’environnement.

- En bouche, les amalgames sont considérés comme neutre, dit le Dr Isabelle

La France tient le record européen d’importation de mercure avec 17 tonnes par an ! Elle est loin devant le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne.

La Norvège, elle, interdit l’utilisation d’amalgames dentaires. Pourquoi la France ne suit pas cet exemple ?

Nous avons fait une demande d’interview aux autorités sanitaires qui n’ont pas souhaité nous répondre.

Nous avons rencontré Christian Couzinou le président de l’ordre des dentistes :

- La Norvège, c’est 5 ou 6 Millions d’habitants. Une population très éveillée, où la prévention et l’hygiène sont très développés, dit Christian Couzinou Si vous interdisez l’amalgame en France dans les zones suburbaines où les gosses boivent du Coca-Cola, mâchent des chewing-gums, se lavent pas les dents, ça va être une catastrophe sanitaire ! Ca c’est très clair Madame ! Y a des endroits où il y a un manque d’hygiène important.

- C’est étonnant de dire « on est obligé de fabriquer du mercure parce que les gens sont sals ! »

- Bon, écoutez ! moi je crois vaut mieux en rester là, dit Christian Couzinou en stoppant net l’interview.

Le caméraman cesse de filmer Christian Couzinou.

En novembre 2013, la direction nationale de l’ordre des dentistes a envoyé le courrier suivant :

- Dans le cadre du Programme des Nations Unies pour l’environnement, des négociations internationales ont été lancées en 2009 en vue de préparer un instrument…mercure, substance reconnue préoccupante au niveau mondial.

A…la France et 139 Etats parties ont adopté en janvier 2013 un projet de convention sur le mercure. Le champ d’application de cette convention qui vient d’être signée par la France, couvre certains produits contenant du mercure ajouté, notamment les amalgames dentaires.

Conformément à l’article 4 paragraphe 3 de ce texte, les autorités françaises se sont engagées à mettre en œuvre des mesures de réduction progressives à l’usage des amalgames dentaires au mercure.

Je vous demande donc, en vue d’atteindre cet objectif de rappeler à vos adhérents les recommandations de l’Agence française des produits de santé (Afssaps) de 2005 en la matière (ci-jointes), et de leur demander de bien vouloir réserver l’usage de ces produits d’obturation dentaire aux situations jugées sans alternative.

Monsieur Christian COUZINOU

Conseil national de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes

22 rue Emile MENIER

BP 2016 75761 PARIS Cedex 16

La direction nationale de l’ordre des dentistes demande de délivrer une information préalable, par exemple sous la forme d’affichage dans les cabinets dentaires.

Un an plus tard, rien ne semble avoir changé.

Selon nos informations, aucune consigne de prudence ne semble avoir été transmise aux dentistes.

FIN DU DOCUMENTAIRE

Sur le site :Le HuffPost http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/28/alerte-au-mercure-france-5-amalgames-dentaires_n_6563440.html On peut lire l’article ci-après :

"Alerte au mercure" sur France 5: les amalgames dentaires sont toujours utilisés malgré les risques pour la santé

Publication: 01/02/2015 09h29 CET Mis à jour: 01/02/2015 09h29 CET

Les amalgames dentaires sont toujours utilisés malgré les risques pour la santé | DR o SANTE - Vous vous en êtes consciencieusement débarrassé depuis leur interdiction à la vente en 1998…

En 2007, le mercure a été classé par l'Organisation mondiale de la Santé comme étant l'une des 10 substances les plus toxiques avec l'arsenic, le plomb et l'amiante.

Les effets néfastes de ce métal liquide sur la santé sont donc reconnus. Pourtant, il continue à se retrouver dans nos produits du quotidien… Produit peu coûteux L'amalgame est un mélange de mercure (environ 50%) et d'autres métaux: argent, étain, cuivre... C'est un produit très efficace pour obturer les dents cariées, rapide et simple à poser. Il est également peu coûteux.

Depuis 2009, l'OMS préconise "d'éliminer progressivement" les produits utilisant du mercure, y compris les amalgames dentaires. Pour autant, l'organisation estime qu'une interdiction totale à court terme "poserait un problème pour la santé publique et le secteur dentaire". Plusieurs pays n'ont pas traîné et ont supprimé le mercure des amalgames: Suisse, Norvège, Danemark... "Les débris de vieux amalgames sont classés comme déchets dangereux et interdits de poubelle, alors qu'ils ont passé des années dans la bouche du patient, à quelques centimètres de son cerveau", soulignait sur Science et Avenir Marie Grosman, vice-présidente de l'Alliance mondiale pour une dentisterie sans mercure, et coauteure du livre Menace sur nos neurones.

Vapeurs de mercure dans la bouche Paradoxal? L’association "Non au mercure dentaire" explique bien sur son site les dangers que représente ce métal dans la bouche: "Un amalgame émet des vapeurs dont une partie est absorbée par les poumons: le mercure passe dans le sang, traverse la barrière hémato-encéphalique, est alors piégé et s’accumule dans le cerveau, principal organe cible.

" D'ailleurs, dans le documentaire de France 5, on peut voir à quel point les vapeurs de mercure sont importantes dans la bouche, lorsqu'une dentiste prend des mesures sur des patients possédant entre 4 et 14 amalgames dentaires: Alerte au mercure - L'expérience du Dr Isabelle par france5

Aux vapeurs s'ajoute la "corrosion en milieu salivaire (...) laissant s’échapper des ions mercuriques", dont une partie "traverse la paroi de l’intestin grêle et s’accumule dans plusieurs organes, notamment dans les reins".

Opinions contradictoires Mais alors, pourquoi continue-t-on à en utiliser? D'une part car malgré les mises en garde, les effets du mercure dans la bouche continuent à faire débat. "Aucune étude scientifique rigoureuse n'a pu mettre en évidence des effets néfastes des obturations en amalgame sur l'état de santé général des patients" et "rien ne permet d’affirmer aujourd'hui que les amalgames dentaires présentent un risque sérieux pour la santé de la population", peut-on lire sur le site du ministère de la Santé.

D'autre part en raison des conséquences sanitaires qu'une telle suppression pourrait entraîner. Christian Cousinou, président de l'Ordre national des chirurgiens dentistes interrogé dans le documentaire, alertait en 2013 sur Science et Avenir au sujet d'un "grave problème de santé publique". "C'est la meilleure obturation, elle est sûre, antibactérienne et peut durer 30 ou 40 ans". Des alternatives existent pourtant, les "restaurations atraumatiques" par exemple.

Reste que 17 tonnes de mercure sont encore injectées sur les dents des Français chaque année.

Fort heureusement, et comme vous pouvez le constater dans le documentaire - jugé néanmoins quelque peu sensationnaliste par Télérama -, le sujet est de plus en plus pris au sérieux pas le corps médical.

L’image est prise sur le site http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20131209.OBS8886/faut-il-interdire-le-mercure-dentaire.html

Commenter cet article