Livre "COLOPATHIE:c'est psychosomatique?! Postface du docteur Jean-Pierre POINSIGNON

Publié le par CYMONE

Livre "COLOPATHIE:c'est psychosomatique?! Postface du docteur Jean-Pierre POINSIGNON

~~Postface du docteur Jean-Pierre POINSIGNON.

C’est avec un grand plaisir que j’ai accepté de postfacer ce livre témoignage, en prenant grand soin de préciser que la conclusion ne saurait revenir à un médecin qui aurait tendance à tirer la couverture à lui….en essayant de voler la victoire thérapeutique à l’auteure de l’ouvrage et à ses vingt ans d’errance douloureuse.

La Médecine du symptôme que les médecins et les différents thérapeutes lui ont proposée est à l’image de la médecine moderne, d’une inefficacité consternante. Seule la Médecine de la cause (Médecine étiologique) peut obtenir de bons résultats durables. L’Alimentation n’est pas la « Troisième Médecine » comme l’écrivait le génial et regretté Jean Seignalet : c’est la Première. La plupart des médecins ne veulent pas encore l’admettre, ils ont l’impression qu’on leur vole leur science, péniblement acquise au cours de longues études, ils sentent leurs certitudes ébranlées, leurs convictions remises en cause. Assurément oui, ce n’est pas facile de changer de paradigme. Les médecins, dans leurs raisonnements formatés, confondent souvent, sous couvert de « médecine scientifique basée sur la preuve », l’absence de la preuve de l’efficacité avec la preuve de l’inefficacité d’une thérapeutique…. Manipulés qu’ils sont, par les leaders d’opinions, les lobbys, les sociétés savantes sponsorisées par l’agroalimentaire ou l’industrie pharmaceutique.

Le rhumatologue interniste, que j’essaye d’être, ayant une vision globale de l’individu sait qu’il ne pourra pas guérir un rhumatisme sans guérir les troubles de la fonction digestive. La plupart des douleurs articulaires sont étroitement liées à une dysfonction intestinale ou buccale comme dans le cas de ce témoignage personnel fort démonstratif, avec l’empoisonnement par les métaux, qui ne font pas partie de l’agencement moléculaire des êtres humains.

Les extraordinaires découvertes de l’immunité adaptative, l’épigénétique qui a révolutionné la génétique en détrônant le « tout ADN » et maintenant la Nutrigénomique : cette nouvelle science qui étudie les relations entre l’expression de nos gènes et notre alimentation, vont très heureusement remiser la Médecine actuelle au même état d’archaïsme que la Médecine de Molière et ses saignées répétitives pour chasser la bile noire… vive l’Avenir !

La métagénomique du biotope, c’est-à-dire l’ensemble des gènes des microbes qui vivent dans notre intestin, vient bien plus souvent qu’on ne le croit, au secours de nos vingt-cinq mille gènes humains dont certains peuvent dysfonctionner, au cours de notre existence. La maladie demeure la malheureuse rencontre de notre génome héréditaire et d’une mauvaise alimentation moderne. Nous ne pouvons pas changer de gènes, il ne reste plus qu’à changer d’alimentation pour retrouver l’alimentation spécifiquement humaine, c’est-à-dire la « Diététique Ancestrale » période de l’histoire humaine pendant laquelle ont été forgés nos gènes pendant cent quatre-vingt-dix mille ans environ.

Certains experts en nutrition prétendent orgueilleusement que l’Homme s’adapte constamment à son alimentation. Je soutiens le contraire, en affirmant que la vitesse adaptative de nos gènes est bien trop lente, avec un très faible taux de mutations spontanées, par rapport à nos modes alimentaires modernes qui nous encrassent et nous rendent malades.

Il faudra allaiter nos nourrissons, bien plus longtemps, puisqu’ils ont tendance à sortir du ventre des femmes et grimper sur leurs seins…il faudra jeter nos micro-ondes à la poubelle et arrêter de faire carboniser la viande en grillades… il faudra laisser le lait de la vache à son veau… il faudra arrêter de faire frire nos légumes en revenant à la vapeur douce… ou encore mieux, au cru, le plus souvent, il faudra rejeter bien loin les OGM et s’ assurer que le BIO est vraiment BIO…,il faudra…, il faudra….

Ce n’est pas gagné… ! Mais je reste optimiste grâce à des livres comme celui-ci. Jean-Pierre Poinsignon Rhumatologue.

Décembre 2013.

Commenter cet article