« L’alimentation vivante » les crudités pour notre santé.

Publié le par CYMONE

~~Bonjour

« L’alimentation vivante » ce serait essentiellement les fruits et les légumes que l’on mange crus afin qu’ils ne perdent pas à la cuisson, leurs saveurs, leurs qualités gustatives, nutritives, réparatrices et préventives. L’idéal serait même qu’ils passent directement du jardin à l’assiette en n’ayant pas traînés sur les étales des supermarchés. On mordrait dans les fruits à pleines dents alors qu’on viendrait tout juste de les cueillir sur l’arbre. L’idéal serait d’avoir son propre jardin, mais nous n’avons pas tous cette chance là.

Si on oublie l’idéal, on peut se satisfaire d’une agriculture bio, comme le dit si bien « Santé-Nutrition » dans son article « l’alimentation vivante » qui nécessite essentiellement d’être végétalien et surtout de manger cru. D’après le témoignage du Dr Gary J. Dellerson cette alimentation peut nous détoxiquer, éliminer les métaux lourds, nous guérir de certaines maladies, réduire l’obésité etc.

…Lire la suite sur : http://colopathie-fonctionnelle-sii.blogspot.com Quand le blog s’ouvre, aller dans RECHERCHE. Ecrire une partie du titre, ou simplement la date. Cliquer sur l’article que vous recherchiez.

Des malades ont eu aussi de belles réussites en éliminant tous les produits laitiers, les viandes, les poissons et les céréales contenant du gluten. Avant que ma colopathie se déclare brusquement, j’avais goûté à la nourriture végétarienne et au cru par excellence *. J’y croyais tellement que je pensais être protégée des maladies. Si bien que lorsque mon ventre se déchaîna brutalement vers l’âge de 40 ans, je ne comprenais pas pourquoi ! Les anti-végétariens de tout bord me disaient « mange de la viande et fais cuire tes légumes, tu verras, ça ira beaucoup mieux.» Je les ai écoutés en faisant machine arrière, cependant ma santé continuait de se détériorer, et pour cause : j’étais déjà empoisonnée par les métaux. Qui allait le détecter à l’époque ? Personne ! Aucun médecin ne pensait à ça, et tous y allaient de leurs bons ou mauvais conseils. Et pourtant j’avais sans doute raison de manger bio et sans dénaturer mon alimentation par la cuisson. Je n’en doute plus, car actuellement je lis des témoignages de fibromyalgiques et colopathes, de gens souffrant d’intestins déréglés qui attestent s’en être sortis grâce à cette hygiène de vie.

SN évoque dans son article, que les crudités participent à la détoxication et à l’élimination des métaux lourds ou légers de l’organisme. Soit, mais elle ne peut se faire correctement si l’on n’élimine pas auparavant les métaux nocifs qui sont implantés dans notre bouche, par le biais des prothèses dentaires. Il ne sert à rien de faire une chélation des métaux par les plantes, sans éliminer leur source ! D’ailleurs, si je suis guérie de ma colopathie, (ou SII) c’est avant tout parce qu’en fin 2009, mon dentiste à changé mes 2 couronnes dentaires, l’une était en or, l’autre en acier ! Bel exemple de polymétallisme et d’électrolyse qui nous ruine sournoisement la santé et nous empoisonne.

Au sujet des protéines, serait-il indispensable de consommer de la viande pour en trouver ? Les protéines végétales sont peut-être plus adaptées à nos organismes, et plus assimilables. J’emploierais aussi facilement les mêmes termes pour les lipides. La graisse animale, ne serait bonne pour personne car elle encrasserait nos artères. Quand aux glucides, que l’on trouve par exemple sous forme de lactose (ou sucre de lait) est-il si bon à notre santé ?

Oui, je pense que le régime végétalien peut apporter beaucoup d’énergie et de bonne santé à ceux qui veulent en finir avec tous les maux qu’ils traînent depuis des années. Je pense aussi qu’on peut progressivement changer de régime alimentaire en étant d’abord végétarien. C’est un bon début qui apporte des solutions, à condition de trouver un bel équilibre « protides, lipides, glucides ».

Depuis ma guérison, je mange toujours bio, mais j’ai presque remplacé la viande et le poisson par des fruits et des légumes souvent crus. J’ai éliminé les produits laitiers et les inflammations de la sphère ORL qui allaient avec. J’ai presque éliminé le gluten, et totalement éliminé les petites douleurs que je ressentais au niveau du côlon ascendant ; pourtant je n’ai pas la maladie cœliaque ! J’espère repasser bientôt au régime végétarien, pour améliorer mes qualités de vie. Et après, pourquoi ne pas essayer le régime végétalien pour me protéger d’avantage en renforçant mon système immunitaire.

Bien sûr, ces changements demandent de la volonté, et surtout beaucoup de rigueur. Mais essayer ne risque que de m’apporter un bien être supplémentaire !

Bien cordialement

Cymone

* J’avais un collègue de travail qui était un fervent adepte du végétalisme et des crudités. Il ne cessait de mettre en avant les bienfaits de cette alimentation. Et pour cause ! Son père, artisan boucher, avait attrapé un cancer. En phase terminale il avait décidé, sur les conseils d’un médecin, de passer au régime végétalien et à l’alimentation vivante, alors qu’auparavant il consommait d’avantage de viande que de fruits et légumes et que de surcroît il consommait très peu de crudités. Ca avait été très difficile au début, car son médecin lui avait d’abord suggéré de jeûner pour éliminer les toxines animales. Comme il ne tenait plus que par un fil, il avait accepté l’expérience, car il n’avait plus rien à perdre. Bien sûr, il était en clinique et surveillé attentivement. Le résultat avait été phénoménal, car suite à ce traitement il avait retrouvé un peu d’énergie et suffisamment de force pour continuer à vivre. Rentré chez lui, il avait appliqué ce régime qui tout compte fait n’était pas aussi contraignant qu’il l’avait imaginé. Il avait trouvé d’autres plaisirs dans la nourriture et dans la vie. Pourtant avant sa prise en charge par ce fameux médecin, on lui avait pronostiqué 5 ou 6 mois à vivre. Or il a vécu 5 ans de plus ! Entouré par sa femme et ses enfants qui l’ont chéri jusqu’au bout, il a certes vécu au ralenti, mais il s’est éteint tout doucement, sans souffrir le martyr. Cette expérience, le fils l’a contée mille fois autour de lui. Lui, fils de boucher, n’hésitait pas à dire que la viande, même bio, n’était pas bonne à la santé !

PS l'image ci-jointe est prise sur www.actu-environnement.com

« L’alimentation vivante » les crudités pour notre santé.

Commenter cet article