•Message adressé ce jour au « COLON IRRITABLE »

Publié le par CYMONE

  • Message adressé ce jour au « COLON IRRITABLE »
  • Bonjour
  • Je me joins à vous car en 2007 mon médecin traitant m’avait déjà averti des dangers du gluten. Il disait comme Julien Venesson « Le blé que l’on consomme actuellement a subi de nombreuses manipulations génétiques depuis les débuts de l’agriculture il y a 10 à 15 000 ans. Ces manipulations ont été le fruit de sélections et de mutations naturelles pendant des milliers d’années. Mais depuis plusieurs dizaines d’années, l’homme a opéré des modifications dans le génome des blés à l’aide de techniques de génétique qui ont donné naissance à de nouveaux blés….. »
  • A l’époque, moi qui souffrais énormément de ma colopathie fonctionnelle, (18 ans de maladie au compteur !) je n’avais guère envie de l’écouter en supprimant de mon alimentation le pain fait avec de la farine de blé. Evidemment, je ne supportais pas grand-chose et ne mangeais, outre la viande et le poisson, essentiellement que du riz. Le pain blanc et craquant à souhait, complétait aussi mon alimentation. Alors pourquoi m’en priver puisque je le supportais bien et ne pouvais pas manger grand-chose ?
  • Après ma guérison fin 2009, j’ai pris le taureau par les cornes et j’ai décidé d’arrêter la consommation de pain contenant du gluten. Mes intestins sont guéris certes, mais fragilisés par 20 ans de maladie, je dois les ménager. Je crois au danger du gluten et à celui que vous décrivez si bien dans vos articles. Je dis souvent autour de moi qu’il faut s’en méfier avant qu’il ne soit trop tard. Je sais par ailleurs que certains colopathes sont guéris depuis leur régime sans gluten, même si on n’avait pas diagnostiqué chez eux la maladie cœliaque.
  • Par ailleurs, ce n’est pas une très grosse contrainte que de consommer du pain sans gluten, et de manger des pâtes au petit-épeautre ou au maïs par exemple. C’est très bon ! L’objectif final étant de rester en bonne santé le plus longtemps possible !
  • Voilà, dans ce domaine je vous rejoins amplement moi aussi.
  • Bien cordialement
  • Cymone

Commenter cet article